Fiche Brico : Branchements sanitaires

  • stappen
    31

Étape 1

Nos habitations sont traversées d'un bout à l'autre par des tuyaux et canalisations. L'eau chaude, l'eau froide et les eaux usées se frayent un chemin derrière nos murs pour notre plus grand confort. Pour empêcher les fuites et afin d'éviter de devoir casser les murs, il est important de faire la bonne sélection des tuyaux dès la construction de la maison. Distinguez les nombreux types de tuyaux et de raccords ; découvrez leurs avantages et caractéristiques propres. Une fois bien informé, il ne vous reste plus qu'à décider !

Téléchargez la fiche Brico complète en .pdf sur http://bit.ly/branchements-sanitaires.

Vous souhaitez apprendre à raccorder vos sanitaires vous-même ? Inscrivez-vous alors à l’un de nos Ateliers « Sanitaire » sur http://bit.ly/workshop-sanitaire.

Étape 2

La distribution de l'eau

Introduction

L'eau circule dans des conduites souterraines. Ces conduites sont dérivées des canalisations pour l'alimentation de chaque maison. Le diamètre de ces canalisations est prévu pour assurer un débit suffisant, l'eau est normalement fournie à une pression de 3 bars (kg/cm²). Si la pression est trop forte (+ de 3 bars) cela provoque des bruits dans la tuyauterie et risque d'abîmer les appareils, en particulier les joints de robinet. Pour supprimer ces bruits, placez un régulateur de pression.

Conseils

Récupérez vos eaux de pluie, adaptez votre circuit d'alimentation d'eau pour pouvoir utiliser l'eau de pluie pour le W.C et la machine à laver le linge.

Étape 3

Le débit

Le débit c'est le nombre de m³ ou de litres qui passent dans une canalisation, pendant une durée déterminée. Le débit est lié au diamètre de la canalisation. Il faut adopter le diamètre de la conduite principale de l'alimentation suivant les éléments à raccorder.

Conseils

Assurez-vous qu'au moment du démarrage des travaux du gros oeuvre, toutes les réservations ont été prévues dans la dalle afin de permettre le passage de l'ensemble des conduites.

Vérifiez que les conduites extérieures ont bien été enterrées à un minimum de 1,20 m de profondeur pour les périodes de gel.

Toutes les conduites qui amènent l'eau chaude aux appareils de distribution devront obligatoirement être calorifugées. Les conduites d'eau froide seront toujours en dessous des conduites d'eau chaude afin d'éviter le réchauffement de celle-ci.

Regroupez au maximum toutes les distributions d'eau et les tuyaux d'évacuation. Une installation des tuyauteries en « apparent » facilite la localisation d'éventuelles fuites et réparations.

Choisissez un endroit facilement accessible pour votre compteur d'eau. Réalisez l'évacuation des eaux usées et pluviales par gravité. N'oubliez pas d'installer un clapet anti-retour sur votre conduite des eaux usées, pour bloquer les eaux provenant des canalisations public (trop plein après un orage).

Avant de vous lancer dans les achats pour la réalisation de vos travaux d'installation intérieure, réalisez un plan précis à l'échelle afin de pouvoir acheter avec exactitude le matériel nécessaire. Si vous prévoyez d'intégrer un dispositif de traitement de l'eau, prévoyez sa place (voir Bricofiche laquo; Traitement de l'eau »). Ce plan vous servira aussi après l'installation pour retrouver l'emplacement des canalisations lors de réparations.

Étape 4

La ventilation

Lorsque l'eau s'écoule brutalement dans les canalisations d'évacuation et dans la colonne de chute des eaux cela crée un effet de piston et donc un appel d'air qui peut désamorcer le siphon de certains appareils. Pour éviter cela, placez une colonne de ventilation secondaire qui amène de l'air directement après les siphons. La canalisation pour cette colonne doit avoir un diamètre égal à la moitié de celui de la canalisation qu'elle ventile, avec un minimum de 30 mm. Une canalisation dite primaire joue le même rôle.

En cas de réseaux séparés, les eaux-ménagères sont raccordées à la ventilation secondaire et les eaux vannes (issues des WC) par la ventilation primaire. Les ventilations doivent toutes déboucher en toiture.

Étape 5

La circulation de l'eau

L'eau circule en permanence sous pression dans les canalisations. Afin d'éviter de devoir couper l'arrivée générale lors de fuite ou réparation, placez des robinets d'arrêt (d'accès facile) dans chaque pièce humide (cuisine, salle de bain, WC). Vous pouvez ainsi coupez l'arrivée d'eau séparément pour chaque pièce sans couper l'arrivée générale.

Étape 6

Les matériaux

Introduction

Les canalisations (l'alimentation et l'évacuation) constituent l'essentiel d'une installation sanitaire. Chaque type de tuyaux à ses avantages et inconvénients. N'oubliez pas de vérifier le règlement en rigueur dans votre commune. Raccordez aux tuyaux existants, seulement des tuyaux de même métal. Il existe des raccords « diélectriques » pour les raccords de tuyaux de métal différents. Choisissez des supports de même métal que les tuyaux à soutenir, afin de prévenir la corrosion accélérée causée par l'effet de galvanisation.

Avantages et caractéristiques

Les tuyaux galvanisés L'acier galvanisé est le plus ancien des matériaux, il est surtout répandu dans les maisons construites jusqu'en 1960. Il est plus rarement utilisé aujourd'hui pour les installations sanitaires car bien que très solide il se corrode graduellement (ce qui entraîne une obstruction des tuyaux), et est difficile de mise en oeuvre. On l'utilisera surtout pour les installations de chauffage central. Leur assemblage se fait par raccords vissant ou par soudure.

Les tuyaux en cuivre

Les tuyaux en cuivre souple (cuivre recuit)

Ils sont les plus utilisés actuellement pour les canalisations d'alimentation d'eau. Il est facile à façonner et peut résister à un gel sans se fissurer. Il s'adapte facilement aux angles et nécessite donc moins de raccord que le tuyau de cuivre rigide. Il est raccordé avec des raccords coniques en laiton et des raccords à compression. Il existe aussi déjà isolé prêt à être intégrer dans la maçonnerie. La section des tuyaux est toujours exprimée par 2 chiffres, le premier exprime la dimension intérieure et le deuxième la dimension extérieure. Les raccords en laiton sont coniques à compression ou à brasage.

Les tuyaux en cuivre rigide

C'est un matériau qui résiste à la corrosion, sa surface lisse facilite la circulation de l'eau. Les raccordements se font par brasage ou compression.

Le PVC (polychlorure de vinyle)

C'est le matériau utilisé pour les évacuations. Il se coupe avec facilité avec une scie à fine denture et se perce à l'aide de mèches de bois. Les liaisons se font par des collages. C'est un plastique rigide hautement résistant à la chaleur et aux produits chimiques. Il existe une nouvelle sorte de tube PVC plus économique et facile de mise en oeuvre, c'est le tuyau en PVC articulé.

Les tuyaux en PE (polyéthylène)

Ce sont des tuyaux en plastique souple utilisés pour la distribution de l'eau potable, de l'eau sanitaire et d'eau de chauffage central. Ce sont des tuyaux très résistants, facile à installer et qui ne nécessitent pas de soudure. Ils existent en deux diamètres et sont disponibles au mètre ou en bobine. Ils existent aussi recouvert d'une gaine pour permettre de les encastrer dans le sol ou les murs. C'est un système moins onéreux au mètre linéaire. Lorsque l'on travaille avec le PER, chaque élément sanitaire doit avoir sa propre ligne en provenance du compteur d'eau et être relié à un collecteur qui redistribue à chaque élément.

Les tuyaux flexibles en acier tressé

Ils sont utilisés pour le raccord entre l'arrivée d'eau et les appareils ménagers (machine à laver, lave-vaisselle…), ils facilitent le branchement de ces appareils, sans soudure ni cintrage. Ils résistent à une pression 8 à 10x supérieure et à des températures allant jusque 110°. Ils réduisent les vibrations et absorbent la dilatation et les bruits dus à la circulation d'eau. Il existe des raccords spécifiques pour les tuyaux flexibles.

Étape 7

L'alimentation

Les tuyaux en cuivre

Mieux vaut limiter les courbures, en les remplaçant par des raccords coudés à grand rayon. Employez du tube recuit, plus malléable, pour les parties à cintrer. Utilisez du cuivre (écroui) plus rigide pour les parties rectilignes.

La coupe

Utilisez un coupe-tubes à molette, équipé d'une lame servant à éliminer les bavures lors de la coupe. La coupe avec la scie à métaux est déconseillée, car elle provoque une déformation.

Étape 8

Serrez la vis du coupe-tuyau pour que le couteau circulaire s'appuie sur la ligne tracée auparavant.

Étape 9

Faites tourner le coupe-tuyau pour qu'il trace une ligne droite autour du tuyau.

Étape 10

Faites tourner le coupe-tuyau dans le sens inverse. Resserrez la vis tous les deux tours.

Étape 11

Ebavurez le bord intérieur du tuyau avec l'alésoir du coupe-tuyau ou avec une lime ronde.

Étape 12

Le cintrage

Le cintrage de la tuyauterie se fait avec une pince à cintrer, si vous n'avez que quelques coudes à faire, réalisez-les peut-être à l'aide d'un ressort à cintrer.

Étape 13

Les raccords mécaniques

Il existe différents types de raccords mécaniques vissants qui ont une partie centrale en commun sur laquelle on visse des écrous spéciaux qui assurent la liaison et surtout l'étanchéité des tubes (joints, bagues biconiques, rondelles de sertissage).

Les raccords bîcones

Ces raccords garantissent l'étanchéité grâce à la compression d'une bague métallique (olive). Sous l'effet du serrage, elle est sertie sur le tube. 1. Tuyau de cuivre 2. Ecrou à compression 3. Bague à compression 4. Raccord union

Étape 14

Après avoir coupé le tube avec un coupe tube et ébarbé le métal, mettez les écrous en place.

Étape 15

Enfilez la bague du bîcone sur l'extrémité du tube, en l'enfonçant sur 1 cm (la bague doit forcer un peu sur le tube).

Étape 16

Posez du téflon sur le filetage pour assurer l'étanchéité.

Étape 17

Engagez le tube dans le raccord central et vissez les écrous.

Étape 18

Bloquez l'écrou central.

Étape 19

Les raccords instantanés

L'étanchéité est assurée par un sertissage à chaque extrémité, d'une rondelle métallique déformable, suivie par une rondelle en caoutchouc.

Étape 20

Mettez les écrous en place, après avoir coupé le tube et ébarbé ses extrémités avec une lime douce.

Étape 21

Enfilez la rondelle métallique sur le tube, elle doit venir en butée sur la rondelle métallique.

Étape 22

Enfilez les rondelles de caoutchouc de façon à la faire venir en butée sur la rondelle métallique.

Étape 23

Engagez l'extrémité des tubes dans le raccord central et amorcez le filetage des écrous à la main.

Étape 24

Maintenez l'écrou central et serrez l'écrou avec une clé à molette.

Étape 25

Raccords par brasage

A l'aide d'un tampon abrasif, frottez le bout du tube, le métal doit être dégraissé et décapé afin de favoriser l'accrochage. Cette opération peut aussi se faire à l'aide de laine d'acier ou de lime douce. Si vous travaillez sur des tuyaux déjà utilisés, assurez-vous qu'il n'y a pas d'humidité dans les tuyaux, abaissez les extrémités des tuyaux afin de permettre l'écoulement. Formez une boulette de mie de pain et introduisez-la à l'intérieur du tuyau ou du tube, la mie absorbera les gouttelettes d'eau et lorsque le courant d'eau sera rétabli, il entraînera la mie de pain hors du tuyau. Quelques gouttes suffisent pour se transformer en vapeur au contact de la chaleur de la brasure, ce qui creuserait des trous d'épingles dans le joint à brasure tendre.

Étape 26

Enduisez le métal de pâte décapante pour protéger celui-ci de l'oxydation provoquée par la chaleur. Déposez la pâte autour du tube, à son extrémité, et sur quelques centimètres de longueur, avec le bout des doigts. Faites de même avec le coude à assembler, nettoyez au tampon abrasif et enduisez le ensuite de pâte décapante (aussi appelé le flux).

Étape 27

Introduisez maintenant le coude à assembler dans le tube droit.

Étape 28

Immobilisez l'assemblage du tube droit et du coude dans les deux parties d'un établi ou dans les mâchoires d'un étau. Ne serrez pas trop fort, cela écraserait le tube. Chauffez le métal des deux tubes à leur jonction.

Étape 29

Lorsque le cuivre prend une couleur rouge sombre, présentez la baguette d'étain et mettez-la au contact de l'assemblage, à l'opposé de la flamme, et écartez le chalumeau. L'étain se répand alors dans le joint et file autour de celui-ci comme de l'eau qui coule. Une autre façon de savoir quand le moment ou la baguette est assez chaude: au début de la chauffe le flux blanchit puis devient incolore, et lorsqu'il commence à fondre cela indique que les pièces sont à bonnes températures. Le métal d'apport doit être répandu uniformément. La règle d'or est de ne pas chauffez directement l'apport, mais de le faire réagir à la température de chauffe de l'assemblage. Il est possible aussi de réaliser des brasures à l'argent sur des tuyaux en cuivre, ce type d'assemblage est d'autant plus solide.

Étape 30

Passez un chiffon humecté d'eau froide sur le tuyau afin de le refroidir. Vérifiez ensuite l'étanchéité du joint. S‘il fuit, ajoutez de la brasure.

Étape 31

Les tuyaux en PE

Les tubes sont en polybutylène, c'est un matériau très souple et aussi très solide. Il passe donc très facilement partout (sous gaine coulissante dans les sous-sols, dans les plafonds, les planchers…). La mise sous gaine coulissante permet, si l'on perce un tuyau, de le remplacer facilement. Il résiste à une pression de 16 kg, et supporte de l'eau chaude à 80°.
Un groupe de collecteur (froid et chaud) dessert chaque point d'eau individuellement. Pour l'étanchéité, tout se serre à la main. Il y a un point sur lequel il faut faire attention : sa dilatation est assez grande et il faut en tenir compte. Il ne faut jamais encastrer des liaisons vissées, elles doivent rester accessibles. Il est conseillé d'utiliser les raccords désignés par le fabricant et de placer ces collecteurs dans des endroits facilement accessibles, où ils ne craignent pas le gel. Utilisez les supports de fixation livrés avec les collecteurs. L'alimentation se fait soit par un tube en P.V.C rigide ou par un tube en cuivre ou par un tube P.E.R. Toutes les sorties sont identiques, elles sont prévues pour des raccords de diamètre 10 à 16 mm, suivant l'alimentation finale des appareils sanitaire à raccorder.

Tracez l'emplacement des conduites d'eau chaude et d'eau froide. L'écartement des supports ou colliers est de 0,50 m pour le P.V.C et 0,80 m pour les tubes en cuivre. La qualité du travail fini résulte d'un tracé précis.

Téléchargez la fiche Brico complète en .pdf sur http://bit.ly/branchements-sanitaires.

laat als eerste een reactie achter