Magazine jardin 2016 - Découvrez-le ici ou demandez votre exemplaire dans votre magasin Brico !
Sluiten

Evacuation des eaux usées

L'égouttage des eaux usagées, fonction cachée au sein d'une habitation, rend un service important à ses occupants. Une bonne installation de traitement des eaux usées est primordiale pour éviter les embarras les plus désagréables qu'on puisse imaginer. Cette Bricofiche vous aidera à comprendre le fonctionnement ainsi que l'entretien d'un bon système d'égouttage et d'une fosse septique.

  • Evacuation des eaux usées

    Télécharger le PDF
  • Introduction

    Le réseau d'égouttage est à réaliser à l'aide de tuyauteries en PVC de 110 mm ou de 125 mm de diamètre (eaux usées, eaux fécales, eaux pluviales). Les pentes doivent toujours garantir un bon écoulement gravitationnel des eaux jusqu'à la dernière chambre de visite.
    Un réseau d'égouttage comprend :

    • Les canalisations en PVC
    • Les accessoires pour canalisations en PVC (raccords, T, Angles, …)
    • Deux chambres de visite munies de couvercle en fonte
    • Un siphon disconnecteur coupe odeur avant le raccordement à l'égout. Selon les prescriptions urbanistiques ou communales, le réseau d'égouttage peut être constitué de : (renseignez-vous directement au bureau du cadastre de votre commune).

    La fosse septique

    La fosse septique est un réservoir en béton ou en PVC dont le volume intérieur est divisé en deux compartiments par une cloison verticale. Les eaux chargées à traiter séjournent dans la fosse septique jusqu'à liquéfaction qui est obtenue suite aux réactions chimiques des bactéries. Ce principe est utilisé pour le traitement de toutes les eaux usées de l'habitation à l'exception des eaux pluviales. Le compartiment situé à l'entrée sert de sédimentation et de décomposition des substances solides. Dans le deuxième compartiment, le processus se poursuit dans un environnement où il y a moins de courant que dans le premier (la « décantation »).

    Utilisation

    Dans une installation traditionnelle, comme c'est généralement le cas en Belgique, la fosse septique recueille uniquement les matières fécales (eau noire) et cette fosse de traitement sert donc surtout à liquéfier les matières fécales. Ce processus est important pour éviter les obstructions dans le tracé du réseau d'égouttage. Dans un système de « toutes eaux », la fosse septique doit également récolter les eaux usées domestiques (ou eau grise). Sa capacité est donc choisie pour accepter le double d'eaux usées par rapport à une installation traditionnelle. Le bon fonctionnement d'une fosse septique nécessite en effet un certain volume d'eau propre de dilution. Une décharge d'eau pluviale ne peut pas être raccordée à une fosse septique, à moins qu'il s'agisse de l'évacuation d'une très petite surface de toiture, en raison de la grande variabilité des averses. Le processus de décomposition, tel que décrit plus loin, a un but d'épuration.

    Fosse toutes eaux

    Fonctionnement

    La fosse septique est un dispositif qui sédimente les matières solides contenues dans les eaux usées et qui décompose les substances organiques sédimentées à l'aide de bactéries anaérobies et les transforme entre autres en méthane, gaz carbonique, eau et boue fermentée. Ce processus s'appelle la sédimentation « septique » et s'accompagne de production de gaz et de formation de mousse.

    La mousse et les déchets légers forment une couche à la surface de l'eau et sont partiellement décomposés et réduits (formation d'une croûte). Pour l'évacuation des gaz résultant de la décomposition des substances, une aération doit être prévue. Cette aération peut se faire via l'aération des toilettes ou par un dispositif séparé d'aération sur la conduite de transfert, pour autant qu'un orifice de décompression soit prévu à l'entrée de la fosse septique.

    Le dimensionnement

    La taille d'une fosse septique est basée sur un séjour d'environ trois jours. La capacité utile minimum sous la surface de l'eau est d'au moins 1500 litres et s'élève, dans des conditions normales d'utilisation dans une installation traditionnelle, à 300 litres par EH (équivalent-habitant) et 225 litres à partir du onzième habitant. Dans une installation « toutes eaux », elle sera de 600 litres par EH et 450 litres à partir du onzième habitant.

      3m³ 4m³ 5m³ 6m³
    Habitations nombre de pièce principales) 5 6 7 9

    Entretien

    Le bon fonctionnement d'une fosse septique doit être contrôlé chaque année. La croûte doit rester limitée à une épaisseur de 10 à 15 cm. Après avoir été vidée et nettoyée, la fosse septique doit d'abord être à nouveau remplie d'eau avant sa mise en service. Lors du nettoyage et de la désinfection des toilettes, il faut veiller à utiliser le moins de détergents possibles et d'utiliser de préférence des produits biodégradables qui respectent le processus de décomposition biologique à base de bactéries vivantes.

    Entretien d'une installation septique

    Faites inspecter et vidanger votre fosse septique régulièrement. Si la fosse est négligée, l'installation septique cessera de fonctionner correctement, le refoulement des eaux usées présentera un risque grave pour la santé de votre famille. Les experts recommandent de vider la fosse tous les ans ou tous les deux ans. Evitez d'utiliser des produits chimiques. Les produits chimiques et les agents anti-bactériens puissant tuent les bactéries essentielles au bon fonctionnement de l'installation septique.

    Ne versez pas les produits suivants dans les toilettes et renvois de la maison

    • Produits de débouchage.
    • Peinture et débouchants.
    • Nettoyeurs chimiques.
    • Chlore (notamment les nettoyants pour cuvettes automatiques).
    • Savons antibactériens.

    Limitez les rejets des déchets de cuisine. Les matières grasses alimentaires nuisent au fonctionnement de l'installation septique en se déposant dans les tuyaux, en gênant la décomposition bactérienne dans les réservoirs et en obstruant le matériau non compacté du champ d'épandage. Jetez la graisse alimentaire et les restes d'alimentsdans la poubelle ou le tas de compost. Dirigez l'eau des gouttières loin de l'installation d'évacuation de la maison.

    Limitez les rejets des eaux. Les broyeurs à déchets surchargent l'installation et doublent parfois la vitesse d'accumulation des boues dans le réservoir. Réparez promptement les appareils qui fuient. Ne videz pas une piscine ou une cuve à remous dans le réseau d'évacuation de la maison.Les rejets d'eau excessifs accélèrent la circulation des eaux usées dans l'installation. Les bactéries n'ont plus le temps de faire leur travail, et trop de matières solideS atteignent le champ d'épandage.

    N'utilisez jamais d'additifs pour d'activer la décomposition.Les additifs biologiques destinés à stimuler la croissance bactérienne font souvent plus de mal que de bien. Ces additifs excitent les bactéries anaérobies dans la fosse septique; leur activité accrue provoque le rejet dans le champ d'épandage des matières solides non dissoutes

    Le dégraisseur

    Un dégraisseur est un réservoir en béton dont le volume intérieur est divisé en trois compartiments par des cloisons verticales. Les eaux chargées de graisse sont séparées des matières grasses sur le principe de la différence de densité de ces deux composants (eau/graisse).

    La mini station d'épuration

    Une mini-station d'épuration est un réservoir en béton dont le volume intérieur est divisé en trois compartiments. Le premier est destiné à faire décanter l'eau à traiter, le second à l'aération par surpresseur de cette même eau et enfin le dernier est également un compartiment de décantation. Ce principe est utilisé en lieu et place du dégraisseur, de la fosse septique et du filtre bactérien, lorsque la réglementation urbanistique ou communale l'exige.
    Lorsque l'habitation ne peut être raccordée à un réseau d'égouttage public et que la réglementation urbanistique ou communale l'autorise, les eaux traitées seront dispersées dans une tranchée filtrante. Le principe d'une tranchée filtrante est d'évacuer les eaux usées en provenance d'un filtre bactérien ou d'une mini-station d'épuration au travers d'une tranchée composée de gravier et ainsi permettant l'évacuation des eaux par percolation. Il va de soi que le bon fonctionnement d'un tel ouvrage est lié à la nature du sol dans lequel il est réalisé.

    La citerne d'eau de pluie

    Une citerne d'eau de pluie est un réservoir en béton ou en PVC dont le volume interne est destiné à stocker l de pluie récoltée par les gouttières. Cette eau pluviale est acheminée vers la citerne par les tuyauteries de descente et par le réseau de tuyauteries enterrées, une évacuation de trop plein est raccordée vers le réseau d'égouttage. Cette eau ainsi stockée pourra être utilisée pour les besoins en eau non potable de l'habitation (chasses d'eau des WC, alimentation pour machine à lessiver, etc.) selon ce qui est précisé dans le métré. Le métré descriptif des travaux reprend exactement les appareils compris dans le prix.

    Les canalisations

    Les tuyaux sont constitués de polychlorure de vinyle. De coloris gris ou orange selon leurs sections respectives. Ces tuyaux d'égout sont munis à leur extrémité d'un manchon de raccord équipé d'un joint d'étanchéité en caoutchouc. Ce manchon doit se trouver en amont du tuyau. Il garantit un assemblage étanche avec le tronçon ou l'élément suivant.

    La pente

    La canalisation d'évacuation doit suivre une pente d'1,5 cm par mètre linéaire. Si la pente est insuffisante, la saleté peut s'accumuler au fond du tuyau et y former une boue. Tenez donc compte de la différence de hauteur entre le bassin d'orage pour les eaux pluviales et le collecteur. Dessinez d'abord un schéma d'évacuation qui vous permettra d'éviter des adaptations ultérieures.

    La profondeur

    Placez les canalisations à une profondeur de 70 à 80 cm, elles seront ainsi à l'abri du gel. Creusez une tranchée de 50 cm de large au minimum, et placez les canalisations sur un lit de sable et de béton pauvre en ciment, puis fixez-les en tassant bien la terre de remblai sur les côtés. Finissez de remplir la tranchée par couches de terre successives que vous tasserez soigneusement.

    Les raccords

    De nombreuses possibilités existent pour raccorder tous vos branchements. La connexion entre diamètre nécessite des raccords de réduction spécifiques. Préparez votre implantation sur plan à l'échelle pour prévoir ces accessoires.

    Les chambres de visites et regards

    Indispensable aux raccordements des différentes arrivées de tuyaux.

    Le eaux ménagères

    Les eaux ménagères en provenance de la cuisine, du bain, de la machine à laver, etc., contiennent beaucoup de matières en suspension, de graisses et de détergents. La commune oblige parfois à les assainir préalablement en installant un séparateur à graisses avant l'évacuation vers le collecteur public. Ce type de réservoir se place à l'extérieur, le plus près possible de la cuisine, pour éviter que les conduites d'évacuation ne se salissent. Le séparateur doit être enterré à 70 cm de profondeur et il est généralement muni d'un siphon anti-odeurs. Le format du séparateur dépend du nombre d'appareils qui y rejettent leurs eaux.

    L'eau de pluie

    Seules ces eaux sont acceptées directement dans le réseau d'égouttage communal. Par soucis d'économie, vous pouvez stocker cette eau dans une citerne qui vous permettra d'arroser votre jardin, ou d'alimenter les alimentations d'eau non potables de votre habitation (chasse d'eau,…). Un groupe hydrophore sera placé à l'intérieur de la maison pour cet usage (voir bricofiche placer une pompe). La descente de gouttière sera raccordée à un puisard qui permettra de « filtrer » une partie des gros déchets (feuilles, mousse,…).

    L'aération

    Toutes les évacuations doivent être reliées à une aération (ventilation haute). Ceci évitera les retours dans les canalisations se trouvant à l'intérieur de la maison et évitera les désiphonages.

    Entretien

    Pour l'entretien du réseau d'écoulement, et pour les débouchages éventuels, placez des regards en béton ou en plastique, à distances régulières, tous les 12 mètres au maximum. Placez-en également aux extrémités situées en amont des canalisations, à chaque changement de direction et à la hauteur des raccords