Magazine jardin 2016 - Découvrez-le ici ou demandez votre exemplaire dans votre magasin Brico !
Sluiten

Grimpez à la bonne échelle

Tout d'abord

Première question à se poser pour guider son choix : quel sera l'endroit principal d'utilisation de cet accessoire ?

  • Dans un appartement :

    C'est souvent l'univers des petits travaux. Le plafond est à 2,50 mètres environ, l'espace est compté. Un bon escabeau permettra de faire face à la plupart des tâches à accomplir tout en restant facile à déplacer et à ranger.

  • Dans une maison :

    La maison individuelle est plus spacieuse. Elle peut compter un étage. Ici, on est amené à changer l'ampoule dans une cage d'escalier ou à repeindre le plafond de la mezzanine. Une échelle trouve facilement sa place.

  • A l'extérieur :

    Là, l'utilisation de l'escabeau n'a pas vraiment raison. On est dans le domaine quasi exclusif des échelles et des échafaudages. Il faut quand même 6 mètres d'envergure pour pouvoir atteindre le toit de la plupart des maisons individuelles.

Quel matériau choisir ?

Aujourd'hui, le matériau le plus répandu, parce que considéré comme le plus pratique, est l'aluminium. En effet, une échelle en aluminium est légère, maniable et demande peu d'entretien. Seuls les professionnels exposés à des risques d'électrocution peuvent être amenés à choisir le polyester.
L'aluminium a cependant un inconvénient : il peut salir les mains. Si l'on veut donc éviter ce petit désagrément, il faut choisir un modèle avec revêtement (peinture ou plastique).

D'abord les escabeaux :

Nettoyer, tapisser, peindre, suspendre des rideaux… si l'on s'en tient à ces tâches ménagères ou du bricolage léger, un escabeau doit suffire. Il en existe de différentes hauteurs, allant de 2 à 8 marches. Les plus grands modèles permettent d'atteindre la plupart des plafonds. Les escabeaux dits « ménagers » sont pratiques et utiles pour toutes sortes de petits travaux.
Les points à surveiller avant d'acheter sont :

  • La résistance des articulations et la fixation des marches aux montants (celles-ci peuvent avoir été soudées et c'est une garantie de plus haute résistance).
  • La largeur de la plate-forme.
  • La hauteur du garde-corps (le plus haut possible).
  • L'efficacité du verrouillage, qui est de préférence automatique.

Ensuite, les échelles à modèles variés :

L'échelle standard ou simple

Elle se présente en une seule pièce. Son envergure maximale est de 6 mètres. Mais, dans ces dimensions, elle est difficile à manier. On notera l'intérêt de l'échelle pliante, qui, grâce à un système à ressorts, offre de nombreux emplois : échelle simple, transformable, parfois même échafaudage. Elle a aussi l'avantage d'être peu encombrante une fois repliée !

L'échelle coulissante

Elle peut comporter 2 ou 3 plans qui coulissent les uns sur les autres et que l'on déploie pour augmenter la longueur de l'échelle. Les plans supérieurs se fixent sur les plans inférieurs à l'aide de crochets. Si l'échelle coulissante n'est pas munie de corde, il peut être difficile de la déployer seul à moins de réaliser l'opération avec l'échelle couchée au sol. Il faut alors prévoir de pouvoir la soulever seul. Pour les très grandes dimensions, le système à corde est nécessaire. Mais une échelle de 6,80 mètres à trois plans, en aluminium pèse déjà une vingtaine de kilos…

L'échelle transformable
  • A 2 plans : Elle fonctionne comme une échelle coulissante et peut aussi se transformer en escabeau.
  • A 3 plans : Elle a une particularité supplémentaire qui fait qu'en position « escabeau », un troisième plan peut encore saillir. Ce dernier sert alors de garde-corps auquel on peut se tenir. Défense cependant de mettre les pieds sur les échelons de la partie saillante !

Ces modèles peuvent être équipés d'articulations qui se verrouillent sur les échelons et qui permettent le rattrapage de niveau du sol. Ceux-ci s'adaptent très facilement face à un escalier ou à un terrain en pente. On notera qu'une fois repliées, les échelles à trois plans sont plus courtes que celles à deux plans. Pour les échelles de grandes dimensions, il est conseillé de choisir des modèles dotés de montants évasés à la base pour renforcer la stabilité.

Finalement, l'échaffaudage :

Pour de gros travaux sur la façade, on n'a pas vraiment le choix : un échafaudage tubulaire de grande dimension s'impose. Etant donné que l'usage d'une telle installation est occasionnel, on a plus intérêt à le louer. Le montage est facile et rapide ! Par contre, l'achat d'un petit échafaudage peut se justifier. Les férus de peinture, à la recherche d'un meilleur confort de travail, apprécient ses possibilités.

La longueur du plateau :

elle est propre aux échafaudages et permet de réaliser, en une seule fois, des travaux qui nécessitent plusieurs déplacements d'une échelle.

La hauteur :

Doit être réglable, évidemment ! Le petit échafaudage sera choisi le plus polyvalent possible. C'est le cas des modèles que l'on peut utiliser également comme échelle. Quel que soit le modèle retenu, il faut, avant d'acheter, veiller à la présence :

 

  • d'un garde-corps
  • d'un plancher
  • d'une trappe
  • d'embases larges réglables en hauteur.

Tout ceci pour stabiliser l'installation et lui permettre de s'adapter aux imperfections du terrain ! Un rebord de quelques centimètres est également utile pour éviter la chute des outils. Pratiques : des roues pour déplacer l'installation (ne jamais oublier de les bloquer lors de l'utilisation) !
Pour un usage très occasionnel, 2 échelles doubles ou 2 escabeaux reliés par une planche peuvent se transformer en un échafaudage rudimentaire.

Les conditions de sécurité :

Chaque année, on compte par milliers les blessés, victimes d'une chute du haut d'une échelle, d'un escabeau ou même d'un tabouret mal équilibré ! Si quelques règles de sécurité étaient appliquées, la plupart de ces accidents seraient évités. Il faut veiller à ce que le matériel utilisé soit muni de patins crantés. Ils sont en caoutchouc antidérapant et donnent l'adhérence et la résistance nécessaire à une utilisation en toute sécurité. La hauteur de l'escabeau, de l'&échelle ou de l'échafaudage doit être adaptée aux travaux que vous effectuez et chacun doit être muni du norme européen EN 131.

Quelques règles à respecter :

  • Ne pas grimper sur le garde-corps de l'escabeau, il ne sert qu'à soutenir les genoux ou les mains.
  • L'échelle doit dépasser de min. 3 échelons votre plan de travail.
  • Ne pas travailler plus haut qu'à hauteur de poitrine.
  • Ne pas vouloir travailler trop loin de l'échelle, à savoir sur le côté de celle-ci. Votre centre de gravité doit rester entre les 2 montants et vos deux pieds sur le même échelon !
  • L'échelle doit reposer sur un support plat, horizontal et dur. Si le sol est mou, placez une planche solide sous les pieds de l'échelle.
  • L'angle idéal d'inclinaison d'une échelle doit être de 70 à 75°. Pour la positionner correctement, voici comment faire : placez-vous devant l'échelle, le bout des pieds entre les montants. Tendez les bras en prenant l'échelon devant vous.
  • Dans le cas d'utilisation sur une façade, veillez à ce que le haut de votre échelle soit fixé sous la corniche du toit et que la base soit consolidée au sol.
  • Ne grimpez jamais à deux personnes sur une échelle.