Magazine jardin 2016 - Découvrez-le ici ou demandez votre exemplaire dans votre magasin Brico !
Sluiten

Installer un ouvre-porte automatique

S'il peut paraître décadent, le confort d'un tel système est cependant fort apprécié. Quel plaisir de ne plus devoir sortir de sa voiture lorsqu'il pleut ou qu'il gèle pour ouvrir ou fermer la porte du garage. L'ouvre-porte automatique est aussi particulièrement pratique lorsque le garage est petit et qu'il faut se faufiler entre le mur et la voiture pour manoeuvrer la porte. L'installation peut être combinée avec d'autres applications automatisées (volets, portes, fenêtres…) et intégrée dans un système domotique. La commande se fait à l'aide d'une télécommande à distance, d'un interrupteur, d'un clavier à code ou d'une clé.

Les portes basculantes et les portes sectionnelles sont les portes de garage les plus fréquemment vendues en Belgique. Les deux types sont parfaitement automatisables, même par le bricoleur. De nombreux fabricants proposent d'ailleurs la porte en même temps que le système d'automatisation. Mais vous pouvez très bien installer l'ouvre-porte automatique sur une porte existante. La pose de ce type de mécanisme par un installateur coûte entre 400 et 650 euros, TVA comprise. Si vous vous chargez vous-même du montage, un bon système vous coûtera autour de 200 euros et si vous avez l'intention d'acheter une nouvelle porte, ajoutez-y encore au moins 400 euros.

L'achat

  • A partir du 1er mai 2006, seuls les appareils qui répondent à la norme européenne 13241-1 peuvent encore être vendus en Belgique. Cette norme impose des exigences en matière de sécurité et de performances pour les portes et portes de garage. Assurez-vous donc que l'ouvre-porte que vous achetez dispose d'un label CE. Ces appareils sont entre autres équipés d'un dispositif de blocage lorsque la porte heurte un obstacle.
  • Le moteur doit également être agréé pour le type de porte qu'il devra manoeuvrer. En cas d'accident, la responsabilité incombe toujours à celui qui a installé le moteur. Si vous effectuez le montage vous-même, c'est donc vous qui serez responsable.
  • Méfiez-vous des appareils vendus à trop bon prix. De pareilles "bonnes affaires" s'avèrent par la suite plus chères en raison de leur fonctionnement douteux et de la difficulté de trouver des pièces de rechange.
  • La plupart des fabricants proposent des moteurs avec différentes puissances de traction. Pour les portes basculantes et les simples portes sectionnelles, il suffit d'une puissance de 600 Newtons (N). Si la largeur de la porte est supérieure à 3,5 m ou qu'elle dispose d'une double isolation « ce qui la rend plus lourde », vous aurez besoin d'au moins 800 N.
  • Pour l'automatisation d'une ancienne porte de garage, il est préférable de choisir un moteur un peu plus puissant qu'il n'est strictement nécessaire. Un bon moteur n'est pas usé après quelques années et vous pourrez le conserver le jour où vous décidez de changer votre porte de garage, qui sera sans doute plus lourde que l'actuelle.
  • En ce qui concerne les systèmes de transmission, vous avez le choix entre une chaîne et une courroie dentée. Cette dernière est plus chère mais silencieuse. En outre, une courroie dentée ne rouille pas et, à part un réglage occasionnel, ne nécessite pas d'entretien.
  • Choisissez un moteur avec une fonction de démarrage et d'arrêt progressifs qui fait en sorte que la porte s'ouvre et se ferme progressivement et s'arrête à temps. Les appareils meilleurs marchés qui fonctionnent immédiatement à pleine puissance risquent d'endommager la porte et le mécanisme d'ouverture.

La préparation

Contrôlez si la porte de garage convient pour le montage d'un ouvre-porte automatique.

  • Il faut au moins 5 cm d'espace libre entre le plafond et la porte en position ouverte. Veillez aussi à ce qu'il y ait suffisamment de place pour suspendre le rail de guidage et le moteur. Lorsque le plafond est trop haut ou trop léger, la partie motrice doit être fixée sur des profils de renfort supplémentaires.

  • Vérifiez si vous pouvez facilement ouvrir la porte manuellement. Soulevez la porte d'environ un demi-mètre et lâchez-la. Si elle reste en position, son balancement est parfait. Dans le cas contraire, faites vérifier le mécanisme de la porte par un homme de métier qualifié. Ne vous y risquez pas vous-même, les ressorts et autres parties mobiles qui se trouvent sous tension peuvent provoquer de graves blessures.
  • Veillez à ce que la porte s'ouvre et se ferme sans accroc. Les roulements, câbles et points de fixation ne peuvent présenter aucune trace de rouille ou d'usure. Si le mécanisme est tout de même enrayé, nettoyez-le et enduisez-le d'un produit à base de silicones. Faites réparer les pièces défectueuses par un service de réparation agréé. N'utilisez le moteur que sur une porte que vous pouvez aussi facilement manoeuvrer à la main.
  • Enlevez toutes les serrures mécaniques et les verrous de la porte ou mettez-les hors service. Une fois l'ouvre-porte installé, le mécanisme de verrouillage maintient la porte solidement en place.

Si, lorsque vous construisez, vous voulez réserver la possibilité d'installer un dispositif d'ouverture automatique, prévoyez une prise de courant au plafond. Installez-la en comptant à partir du linteau (c'est-à-dire la poutre au-dessus de la baie de garage) la hauteur de la porte + au moins 1 m et un désaxement de 30 cm par rapport à l'axe de la baie.

La pose

Les prescriptions d'installation varient d'un fabricant à l'autre, mais les étapes suivantes vous mettront dans la bonne direction.

Assembler le rail de guidage

Si le rail est en deux parties (pour les portes qui ont une grande profondeur d'encastrement), reliez les deux parties de façon à ce qu'elles soient parfaitement jointives. Placez le collier de fixation à l'avant sur le rail et glissez la roulette de recul vers l'avant pour tendre légèrement la courroie ou la chaîne. Placez ensuite le collier de suspension pour le moteur à l'arrière du rail.

Suspendre le rail de guidage

  • Tracez une ligne au-dessus du linteau, dans le prolongement de l'axe vertical de la porte. Tracez ensuite une ligne horizontale qui correspond à la hauteur maximale de la porte pendant l'ouverture.
  • Posez la fixation murale sur le linteau, la partie inférieure à au moins un demi-centimètre au-dessus de l'intersection des deux lignes et transversalement à la ligne verticale. Indiquez les points de fixation, forez les trous et fixez la fixation murale.
  • Prenez le rail et fixez le collier de fixation à l'attache murale. Relevez ensuite la partie arrière jusqu'à ce qu'elle se situe à la même hauteur que la partie avant. Pour une porte sectionnelle, veillez à ce que le rail soit parallèle au rail horizontal de la porte. Fixez maintenant l'arrière du rail au plafond à l'aide des colliers livrés.

Relier la porte au chariot

  • Fixez la barre au chariot. Pour une porte basculante, utilisez une barre droite, pour une porte sectionnelle cette barre sera courbée dans le bas. Fermez la porte et glissez le chariot vers l'avant.
  • Montez la ferrure sur la porte, d'équerre sur la médiane verticale et maximum 20 cm sous la fixation murale. L'angle formé par le rail et la barre doit toujours être inférieur à 30°. Pour les portes sectionnelles par contre, laissez un maximum d'espace entre la ferrure et la fixation murale, sans toutefois dépasser 40 cm.
  • Indiquez les points de fixation, forez les trous, fixez la ferrure sur la porte et reliez-la au chariot au moyen de la barre.

Monter le moteur

  • Placez le moteur dans le collier de suspension à la fin du rail et glissez l'axe de transmission dans la roue d'entraînement.
  • Vissez l'ensemble, raccordez le moteur à l'électricité et faites fonctionner la porte quelques fois à l'essai. Observez le fonctionnement correct des systèmes de sécurité intégrés.
  • La porte s'ouvre et se ferme correctement ? Est-elle solidement fermée une fois verrouillée ? Se relève-t-elle lorsqu'elle rencontre un obstacle en cours de fermeture ? Regardez si le système de déverrouillage de secours fonctionne bien, afin de pouvoir facilement ouvrir la porte en cas de panne de courant.
  • Lorsque la porte est le seul accès au garage, prévoyez un dispositif de déverrouillage externe. Pour l'installation des paramètres pour les points d'arrêt et de démarrage de la porte ou le réglage de la force de traction ou de pression, consultez le mode d'emploi de l'ouvre-porte. Enfin, n'oubliez pas d'inspecter l'installation tous les six mois.

Placer les accessoires

Après l'installation de base qui se compose d'un rail, d'un moteur et d'une télécommande, l'ouvre-porte automatique peut être complété par un clavier à code, un bouton-poussoir, un interrupteur à clé, une lampe témoin, des cellules photoélectriques ou une antenne. La plupart de ces accessoires se raccordent à l'intérieur ou à l'arrière de la tête du moteur. Veillez à ce que les éléments de commande fixes soient toujours placés avec vue sur la porte et à au moins 1,5 m de hauteur. Avant de commencer les travaux, n'oubliez pas de tirer la prise.

Et les autres types de portes ?

  • Outre les portes basculantes et les portes sectionnelles, il existe aussi des portes à battants et des portes basculantes non débordantes.
  • Les portes à battants peuvent être automatisées de manière similaire aux deux types décrits plus haut, moyennant quelques petites adaptations. La barre qui relie le chariot à la porte doit alors être remplacée par 2 bras en forme de « V » et qui actionnent chacun un vantail de la porte. Pour le moteur, choisissez-en un de plus forte puissance  : 1 000 N.
  • Le système est plus difficile pour les portes non débordantes qui ont un point mort en position ouverte. Il faut franchir ce point mort pour refermer la porte, ce qui signifie que la porte doit d'abord se baisser avant de pouvoir se fermer. Cela s'effectue à l'aide d'un moteur installé sur le vantail de porte. Un tel moteur nécessite un réglage particulièrement minutieux et développe une plus grande force que les moteurs de traction utilisés pour les portes sectionnelles et basculantes. Leur installation doit être confiée à un homme de métier.

L'abc de l'ouvre-porte

  • Partie motrice : elle se compose d'un rail de guidage dans lequel glisse un chariot pour abaisser ou lever la porte. Le chariot est actionné par un moteur électrique qui se situe derrière le rail de guidage (la tête du moteur).
  • Ferrure : pour relier la partie motrice à la porte de garage, une plaquette est appliquée sur la porte. Cette ferrure existe en différents modèles adaptés aux différents types de portes.

  • Rail de guidage : ce rail en acier de première qualité comporte une courroie ou une chaîne qui forme une boucle et qui est reliée à l'arrière au moteur par l'intermédiaire de la roue d'entraînement.
  • Chariot : il est fixé à la courroie ou à la chaîne sur le rail de guidage et est relié à la ferrure de la porte à l'aide d'une barre. La porte automatisée peut aussi s'ouvrir manuellement en déconnectant le chariot.
  • Longueur utile : la longueur utile détermine le trajet maximal que la porte peut parcourir. Elle dépend de la hauteur de la porte.
  • Longueur du rail : c'est la longueur totale du rail de guidage sans la tête du moteur. La longueur du rail et la tête du moteur déterminent la profondeur d'encastrement.
  • Porte sectionnelle : porte de garage composée de panneaux horizontaux reliés entre eux par des charnières et qui se rangent sous le plafond lorsqu'on ouvre la porte.
  • Porte basculante : porte de garage qui bascule sous le plafond et sort de la façade pendant l'opération d'ouverture et de fermeture (aussi appelée porte Berry).
  • Porte non débordante : porte de garage s'ouvrant selon le même principe qu'une porte basculante mais qui reste à l'intérieur de la façade.
  • Porte à battants ou accordéon : double porte constituée de deux vantaux qui s'ouvrent le long d'un axe vertical.

Matériel utile

  • une latte
  • un niveau d'eau
  • un tournevis cruci forme
  • un tournevis
  • une clé Allen
  • une clé à molette
  • une foreuse à béton
  • une échelle double