Il y a trente ans, c’était avec une brosse et le tuyau d’arrosage que l’on venait à bout de la saleté sur les allées et sentiers du jardin. Une tâche ingrate qui, malgré les efforts consentis, donnait souvent des résultats décevants. Aujourd’hui, c’est au nettoyeur haute pression que l’on confie cette corvée. Il fonctionne selon un principe simple : l’eau entre dans l’appareil et une pompe l’éjecte par l’embout situé à l’extrémité d’un tuyau. La pression dépend de la taille de la pompe et du diamètre de l’embout. Un robinet classique a un débit moyen de 15 litres par minute, pour une pression de 4 bars environ. Avec un nettoyeur haute pression, cette quantité est éjectée au travers d’une ouverture de 0,5 mm avec une pression de 100 bars, voire davantage.



Eau froide ou eau chaude

Les nettoyeurs haute pression peuvent fonctionner à l’eau froide ou à l’eau chaude. Les modèles destinés à l’usage domestique fonctionnent pour la plupart à l’eau froide, mais certains peuvent être alimentés avec une eau jusqu’à 60 °C. Cette particularité est mentionnée explicitement dans le mode d’emploi. Il s’agit généralement d’appareils un peu plus coûteux que les modèles classiques. Pour des usages professionnels, on utilise presque exclusivement de l’eau à 80 °C, ce qui donne de meilleurs résultats, en particulier contre les graisses et les huiles. Le guide d’achat en fin d’article ne reprend cependant que des modèles à eau froide.

A quoi ça sert ?

Le choix d’un modèle dépendra avant tout du genre de nettoyage que vous voulez effectuer et à quelle fréquence. S’il ne s’agit que de décrasser le balcon ou le mobilier de jardin une fois par an, on peut parfaitement se contenter d’un modèle de base dont le prix ne dépassera pas 200 euros. Cependant, l’expérience montre que la plupart des acheteurs choisiront un modèle plus puissant. Ces appareils sont non seulement plus solides mais aussi plus polyvalents et viennent facilement à bout d’une allée encrassée, de sentiers dallés gagnés par la mousse ou de gouttières à vider.

Différents éléments

La pompe

La pompe à piston est le cœur de l’appareil. Les pistons sont soit en plastique (modèles bon marché), soit en céramique. La pompe éjecte l’eau avec une grande puissance au travers de l’embout du tuyau. Selon la capacité du moteur et de la pompe, la pression créée varie de 10 à 200 bars. La qualité de la pompe est essentielle. Les moins vaillantes tiennent une centaine d’heures, les plus endurantes atteignent 1 500 heures. L’eau peut arriver directement du robinet d’eau courante, passer par un réservoir tampon ou être pompée au départ d’un réservoir d’eau de pluie ou d’un étang.

Le moteur

La pompe de l’appareil peut être actionnée de diverses façons. Le plus fréquemment, au moyen d’un moteur électrique, fonctionnant en 220 ou 380 V selon les modèles. Les plus légers (jusque 130 bars) fonctionnent sur 220 V, mais lorsqu’il faut fournir une pression plus importante, le moteur fonctionnera le plus souvent sur 380 V. Il existe également des moteurs à combustion au diesel ou à l’essence, qui ont le grand avantage de ne pas devoir être raccordés à une prise de courant et peuvent donc être utilisés n’importe où. Le plus souvent, il s’agit de modèles haut de gamme et destinés à un usage semi- professionnel. Kärcher propose également depuis peu un nettoyeur haute pression à moteur hybride, le HC 10 (voir guide d’achat).

Pistolet pulvérisateur

Tout nettoyeur haute pression est muni d’un pistolet pulvérisateur raccordé à un tuyau renforcé de 5 à 15 m de long. Le type d’embouchure du pistolet détermine la pression, la forme du jet et l’angle d’attaque de celui-ci. Pour le nettoyage, un angle de 25° est le plus adapté. L’angle formé par le pistolet avec la surface à nettoyer est généralement de 45° car, sous cet angle, l’eau sous pression agit comme une lame qui détache la crasse sans trop éclabousser. Pour un nettoyage plus intense sur une surface réduite, on utilise le jet ponctuel. Les modèles haut de gamme possèdent un pistolet en acier tandis que les modèles meilleur marché sont équipés d’un pistolet en plastique, moins solide.

Tête rotative

Les appareils puissants sont généralement équipés d’une tête rotative qui crée un jet en spirale, permettant de venir à bout de la crasse plus tenace. La tête rotative applique en quelque sorte la force d’un jet ponctuel sur une plus grande surface. Attention, cet accessoire ne doit pas être utilisé avec certains objets, tels que la voiture ou le vélo car il peut endommager la carrosserie et la peinture. Dans ce cas, mieux vaut utiliser le pistolet standard.

Accessoires

Bon nombre de nettoyeurs haute pression peuvent être équipés d’accessoires : brosse pour voiture, nettoyeur de terrasse, déboucheur de canalisations, etc. L’expérience montre que les brosses rotatives pour voiture sont peu efficaces et annulent l’effet de haute pression. Le nettoyeur de terrasse est une hélice couverte par un capot destinée à nettoyer les sols en bois, carrelage, pierre naturelle ou béton. La lance courbée sert à atteindre les endroits difficilement accessibles, comme le bas de caisse de la voiture, que l’on peut ainsi décrasser ou débarrasser du sel de déneigement en hiver. Le set pour canalisations se compose d’un tuyau flexible et d’un embout spécifique. On introduit le tout dans la canalisation obstruée. Cet accessoire n’est efficace que pour des bouchons de faible importance. En cas d’obstruction plus sérieuse, mieux vaut faire appel à une firme spécialisée. Certaines marques proposent également un kit de sablage en option. L’action combinée de l’eau et du sable fin sous pression permet par exemple de nettoyer une façade. Bien qu’il s’agisse avant tout d’un travail de professionnel, ce kit vous permettra néanmoins de décrasser par exemple le mur du jardin. Faites cependant attention à ne pas endommager les joints. Un jet trop fort les effritera. Outre les accessoires, il faut bien sûr acheter du sable spécial.

Réservoir du produit de nettoyage

Plusieurs modèles sont équipés d’un vaporisateur amovible ou d’un réservoir pour le liquide de nettoyage. Particulièrement pratique pour nettoyer les allées et sentiers. Plus besoin de se promener avec un flacon à part pour appliquer le liquide nettoyage sur la surface à traiter. Il existe plusieurs types de liquides spécifiques : cires d’entretien, nettoyant pour bois, pour façade, pour voiture, etc.

Wagonnet

Vu leur poids, atteignant le plus souvent une dizaine de kilos, les nettoyeurs haute pression peuvent poser quelques problèmes de transport, raison pour laquelle les fabricants ont planché sur cet aspect et proposent des modèles équipés de grandes et larges roues, facilitant le déplacement de l’appareil. Certains modèles ont trois, voire quatre roues et même un bras télescopique. Dévidoirs pour câble et tuyau Les modèles les plus sophistiqués - et les plus coûteux - sont munis d’un logement pour enrouler le câble et le tuyau, limitant ainsi le risque de s’y prendre les pieds.

Consommation

La consommation électrique dépend de la puissance de l’appareil. Elle se chiffre en moyenne à 1,50 euro de l’heure. La consommation d’eau, contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, n’est pas exorbitante : généralement, elle avoisine les 350 l/h, soit 2,5 à 3 fois moins qu’un tuyau d’arrosage classique.

Sécurité

Ces appareils ne sont pas des jouets. Un jet puissant et concentré peut occasionner des blessures et des saignements si on le dirige vers une personne. A proscrire absolument. L’utilisateur, quant à lui, a intérêt à porter des vêtements de sécurité et surtout des lunettes protectrices. Certains modèles sont équipés d’une coupure automatique du moteur, ce qui accroît la sécurité tout en réduisant la consommation d’eau.

Conclusion

Ces esclaves modernes que sont les nettoyeurs haute pression prennent en charge nombre de tâches ingrates et vous épargnent du temps et de l’énergie. Mais ils convient de les utiliser correctement car ils peuvent provoquer des dommages. Le choix de modèles est énorme, comme vous le découvrirez dans notre guide d’achat.

Conseils d’entretien

. Vérifiez régulièrement les câbles d’alimentation, le tuyau flexible, le pistolet et les connexions ;

. Nettoyez régulièrement le filtre d’arrivée ;

. Nettoyez régulièrement l’embout du pistolet ;

. Vérifiez le circuit hydraulique de la pompe ;

. Vérifiez l’huile de la pompe et remplacez-la si nécessaire ;

. Vérifiez le clapet d’admission et le clapet de pression de la pompe ;

. Conservez l’appareil dans un endroit sec, à l’abri du gel.

Lexique

Bar

Le bar est l’unité de pression et s’exprime en pascal. 1 bar équivaut à 100 000 pascals. La pression est la force avec laquelle l’appareil expulse l’eau hors du tuyau et qui s’exerce par unité de surface. Les plus petits nettoyeurs atteignent une pression de 100 bars, tandis que les plus puissants atteignent 200 bars. La plupart des appareils permettent de faire varier la pression.

Puissance

La puissance est une unité de grandeur qui exprime le travail par unité de temps. Elle s’exprime en watts. La puissance traduit la quantité d’énergie - la consommation électrique - dont l’appareil a besoin pour fonctionner. Les nettoyeurs de grande puissance utilisent 2 000 à 3 000 watts (2 à 3 kW).

Débit

Il s’exprime en litres par heure et correspond à la consommation d’eau de l’appareil. A pression égale, l’appareil ayant un plus grand débit aura un plus grand pouvoir nettoyant.

Conseils d’utilisation

Pour éliminer totalement la rouille ou la peinture du métal, utilisez la sableuse à eau, dispositif puisant et expulsant de l’eau et du sable simultanément.

Attention à ne pas diriger le nettoyeur directement sur les joints des dalles de terrasse, par exemple.

Démousser le toit

Les mousses s’installent principalement sur les versants de toit les moins exposés au soleil ou qui se trouvent à proximité d’arbres. Pour éviter ce phénomène, les tuiles peuvent être revêtues d’une couche de silicone. Toutefois, cette solution n’est que temporaire. Sous l’effet des UV, la couche protectrice perd peu à peu de son efficacité et il faudra tôt ou tard démousser le toit. Le nettoyage commence par le faîte pour ne pas salir le toit au fur et à mesure votre travail. Orientez le jet dans le sens de la pente, jamais de biais. Ne dirigez pas non plus le jet sous les tuiles ou les ardoises. Une fois le nettoyage terminé, appliquez un antimousse avec un pulvérisateur. Respectez le dosage indiqué. Attention, si les gouttières sont reliées à une citerne, enlevez le raccordement.