Toutefois, vous devez veiller à votre sécurité : eau et électricité ne sont pas vraiment de bons amis. C’est pourquoi nous reprenons ici plusieurs points auxquels il faut être attentif lors de l’achat de vos luminaires de salle de bain.

1re étape : Choisissez le bon éclairage

Pour une salle de bain toujours bien éclairée, vous avez le choix entre trois types d’éclairages différents : l’éclairage ambiant, l’éclairage précis et l’éclairage d’accentuation.

1. Éclairage ambiant : alliez sécurité et puissance

L’éclairage ambiant est relié au disjoncteur général et se compose en principe de spots encastrables ou d’un plafonnier central qui éclaire la totalité de la salle de bain.

Veillez à ce que les moindres recoins soient correctement éclairés et que les lampes ne soient pas directement dirigées sur vous quand vous vous relaxez dans votre bain. Des lampes à lumière blanche donnent un plus bel effet avec la lumière du jour. Ce niveau de luminosité déterminera d’ailleurs le nombre de lampes dont vous avez besoin : vous devrez en effet installer davantage de luminaires dans une salle de bain sans fenêtre qu’une pièce d’eau baignée par la lumière naturelle.

2. L’éclairage précis, pour voir les moindres détails

Vous raser ? Vous maquiller ? Vous pouvez compter sur ce type d’éclairage pour effectuer sans problème des tâches qui demandent de la précision. Le tout est de placer ces sources de lumière au bon endroit. Pour ce faire, rien de mieux que de les placer aux extrémités du miroir, à hauteur du visage. Évitez toutefois d’installer une lampe au-dessus du miroir au risque de créer des ombres désagréables. Autre conseil : optez pour une lampe à l’intensité comprise entre 300 et 500 lumens afin de ne pas vous aveugler. Pour connaître l’intensité lumineuse d’une lampe, jetez un œil à son emballage. Une autre solution pourrait être d’installer un miroir avec éclairage intégré.

3. L’éclairage d’ambiance : l’élément indispensable pour vous détendre

La salle de bain est la pièce de la maison qui doit à la fois être fonctionnelle, mais aussi appeler à la détente. Vous devez donc pouvoir appuyer sur un seul interrupteur pour transformer votre pièce d’eau en véritable havre de paix grâce à l’éclairage d’ambiance. Allumez aussi quelques bougies, et vous n’aurez sûrement aucun mal à vous détendre. Si la fumée et la cire fondue ne vous invitent pas vraiment à la détente, optez alors pour une alternative tout aussi efficace : les lumières dimmables et l’éclairage LED à couleur variable. Généralement petits et mobiles, les ampoules et rubans LED sont des éléments qui permettent de créer facilement une atmosphère agréable, et ce, pas uniquement dans votre salle de bain. Que diriez-vous par ailleurs d’ajouter un doux fond sonore avec un haut-parleur sans fil ? Dites tout simplement adieu aux soucis du quotidien !

2e étape : établissez un plan d’éclairage

Un plan d’éclairage détermine les endroits précis des différentes sources lumineuses. Vous éprouvez quelques difficultés à dessiner un tel plan ? Passez dans l’un de nos magasins ; nos collaborateurs se tiennent à votre disposition pour répondre à toutes vos questions.

3e étape : achetez des éclairages solides pour votre salle de bain

Si vous achetez de nouveaux luminaires, nous vous invitons à être attentif à deux éléments : le score IP et le RGIE.

1. Le score IP

L’indice de protection ou score IP d’une lampe détermine la qualité de l’étanchéité du produit. Le premier chiffre qui suit les lettres IP indique la protection du luminaire contre les matières solides (tel que la poussière) et le deuxième chiffre indique la résistance à l’humidité.

IP23 résiste aux chocs et à l’eau de pluie.

IP44 résiste aux chocs et aux projections d’eau.

IP54 résiste à la poussière et aux averses.

IP55 résiste à la poussière et aux projections d’eau.

IP65 est totalement protégé contre la poussière et résiste aux projections d’eau.

IP66 est totalement protégé contre la poussière et les effets de l’immersion.

IP67 est totalement protégé contre la poussière et les effets de l’immersion

IP68 est totalement protégé contre la poussière et les effets de l’immersion sous pression.

2. Le Règlement général sur les installations électriques (RGIE)

Le RGIE divise une salle de bain en quatre zones distinctes en fonction des éventuels contacts entre l’installation électrique et l’eau, mais aussi de la distance entre une lampe et la baignoire, la douche et/ou le meuble de salle de bain. Même si la lampe n’est pas juste à côté de la douche ou du bain, il faut en tenir compte en raison de la condensation, dont le niveau est toujours plus élevé dans une salle de bain. Dans une zone de 60 cm autour de chaque paroi de douche ou de côté de la baignoire, vous pouvez installer un luminaire de 12 V. Il va de soi que vous ne pouvez pas installer le transformateur dans ce même périmètre.

Voici les différentes zones :

Zone 0 : immersion (par exemple, dans le bain)

Dans cette zone, l’éclairage doit être alimenté avec une tension de maximum 12 V et afficher une classification IP de IPX7. Le premier chiffre, qui indique la résistance aux matières solides, n’a pas d’importance dans ce cas de figure.

Zone 1 : contact fréquent avec des projections d’eau

Pour les luminaires de salle de bain avec une alimentation de 12 V ou plus, il est conseillé d’opter pour des modèles d’un indice de protection minimal IPX4.

Zone 2 : contact avec éclaboussures d’eau (par exemple, à côté de la douche)

Dans ce cas aussi, un IP minimal de X4 est suffisant.

Zone 3 : aucun contact avec de l’eau (par exemple, éclairage général)

Dans ce cas de figure, vous pouvez parfaitement utiliser un luminaire affichant un indice de protection IPX1 ou inférieur. Mais comme nous vous le disions plus haut, le taux d’humidité dans une salle de bain est toujours plus élevé que dans le reste de la maison. Pour jouer la carte de la sécurité, il est préférable d’opter pour un éclairage d’indice IPX4 ou supérieur.

Jetez un œil à notre assortiment d’éclairages de salle de bain ou rendez-vous dans l’un de nos magasins pour obtenir un avis personnalisé !