Cultiver et déguster ses propres légumes est le fruit d’un travail de longue haleine qui demande une certaine expertise. En effet, il faut tenir compte de nombreux paramètres ; on ne peut pas toujours faire pousser ses fruits et légumes préférés sur tous les sols. Cette Bricofiche rassemble des informations et astuces précieuses qui prennent en considération les particularités de chaque plante. C’est le secret d'une assiette bien remplie !






Conseils pratiques

Le jardinage est sans aucun doute une activité agréable, apaisante. Il réserve beaucoup de satisfactions à qui sait apprendre et suivre les règles dictées par la nature.

Le bon emplacement

Orienté au sud, sud-ouest, vous bénéficierez du soleil sans le désagrément des vents du nord et de l'est freinant la germination. Le jardin potager pourra être embelli et protégé par des plantes ornementales ou une haie protectrice constituée de groseilliers. Lumière et chaleur sont vitales pour les végétaux.

Adaptez votre potager à vos besoins et à votre temps libre :

Un petit jardin entretenu vaudra mieux qu'un jardin trop grand dont il faudra jeter des récoltes. Une parcelle de 100 m² suffira à une famille de 4 personnes. 300 heures de travail annuel seront nécessaires pour cette superficie. Ne négligez pas cet aspect pratique.

Type de jardin

Réalisez toujours votre plan de culture sur papier afin de faire cohabiter des espèces différentes, de tailles différentes suivant la place qu'elles occuperont réellement à maturité.

Types de disposition :

                                       En allées                                                    En carrés


Types de sols

La réussite d'un jardin dépend aussi du sol. Il existe un sol adéquat à chaque type de culture.

Testez votre sol :


Chacun de ces sols peut être utilisé tel quel pour des cultures particulières et sélectives.

Ils peuvent aussi être améliorés pour obtenir une terre idéale.

Modification du sol : l'amendement

Vous pouvez améliorer votre sol en ajoutant un ou plusieurs composants :


Le test du PH

Le PH est l'indice permettant de définir l'acidité de la terre. Vous pouvez tester le Ph de votre sol afin d'en connaître les caractéristiques chimiques. Le Ph neutre idéal est de 7.0. Il est possible de le corriger avec des additifs tel que la chaux.

Des testeurs prêt à l'emploi sont disponibles en jardinerie, utilisez-les dès que vous avez acquis une terre homogène après bêchage et amendements.

La création du jardin

Les outils nécessaires

La bêche ou le motoculteur avec charrue :

La bêche doit être le modèle à jardiner. Ne pas utiliser une bêche à terrasser, plus étroite et plus haute.




La fourche ou le motoculteur avec fraises :

Une fourche à 4 dents est nécessaire. Ne pas utiliser la fourche à foin, trop fine et trop longue.











Le râteau :

2 tailles, une grande largeur pour le travail de la terre avant la plantation et une petite largeur pour ensuite.










La binette :

De différente forme suivant la largeur de travail à utiliser pour travailler la terre entre les plantes.









La brouette :

Le tuyau d'arrosage avec ses accessoires pour un arrosage en pluie. Un arrosoir est toutefois aussi nécessaire pour les plantations repiquées.

La préparation du sol

Le bêchage de votre parcelle devra être effectué à l'automne. Creusez une tranchée rectiligne au cordeau de 60 cm de large et de 20 à 30 cm de profondeur.

Placez cette terre dans votre brouette et reportez celle-ci de l'autre côté du jardin.

Elle servira à reboucher la dernière tranchée du côté opposé.

Ajoutez le fumier et autres apports (amendements) dans cette tranchée sur une épaisseur de 3 à 8 cm.

Rebouchez cette tranchée en bêchant la partie de terre suivante en prenant soin de retourner votre motte de terre. Répétez cette opération jusqu'à la fin de la parcelle à retourner.

Rebouchez la dernière tranchée avec la terre de votre premier bêchage (la terre déposée avec la brouette).


Ce travail peut être effectué aussi à l'aide d'un motoculteur avec charrue. Dans ce cas le fumier et les amendements seront simplement déposés sur le sol, la charrue les y incorporera en retournant la motte de terre.








Les substances nutritives

3 substances nutritives principales en plus de la chaleur, de l'eau et de la lumière sont nécessaire à la croissance de vos plantes : L'azote (N), le phosphore (P) et le potassium (K).



L'enrichissement de votre sol dépendra de votre méthode de culture : avec engrais organique (fumier, poudre d'os, algues) ou engrais non organique (minéral chimique).

Certains engrais sont spécifiques à la culture biologique.


Les substances nutritives

l'engrais non-organique : aussi appelé engrais chimique minéral.

Il est composé d'un mélange N/P/K (azote, phosphore, potassium) destiné à couvrir les besoins généraux ou spécifiques du potager suivant la plantation. Il est prêt à l'emploi et doit être réparti uniformément sur le sol. Il sera réparti et incorporé au sol au printemps lors du griffage et constituera la base alimentaire de démarrage pour vos plantations.

Il vous sera possible selon chaque cas d'améliorer encore votre rendement par un apport spécifique à chaque plantation durant la pousse. Une autre Bricofiche peut être consultée à cet effet.

L'engrais organique : (fumier, poudre d'os, algues)

Il existe des fumiers de bovins, de chevaux, de poules, chacun aura un dosage particulier. Bovins 500gr au m², volailles 100gr au m² seulement. Ils doivent être répartis uniformément.

Les plantations

Le compost :

Le compost récupère vos déchets verts et permet l'amélioration et l'allègement de votre sol, par l'apport de composants organiques décomposés. Il est facile à fabriquer, 6 mois sont cependant nécessaires pour obtenir un compost de qualité.

Disposez dans un coin du jardin un bac à compost et apportez-y les différents éléments en couches successives mélangées des différents éléments ci-dessous :

La tonte de gazon.

Les cendres de bois.

Les restes des légumes ou fruits avariés (reste de repas sans viande), bouquets de fleurs fanées.

Du papier journal découpé en morceaux, boîte à oeufs en carton.

De la paille.

Les fonds de pots et de jardinière (terreaux).

Le marc de café, sachets de thé.

Vous pouvez accélérer la décomposition du compost par l'ajout d'un produit accélérant vendu en jardinerie. Passez le au tamis avant de le répandre.


Les zones de cultures

Avant de démarrer vos semis, vous devez réaliser un plan de culture.

En effet toutes les plantes occupent une superficie et il serait regrettable de voir certaines plantations envahies par d'autres. Une feuille de papier à carré de 0.5 cm permettra de réaliser ce tracé à l'échelle.






La préparation du terrain

Le griffage :

Le sol doit être travaillé pour que les racines puissent s'y installer rapidement. Après le labour ou le bêchage, vous devez encore améliorer votre terre en effectuant un griffage.

Il permettra de casser les mottes et de répartir les amendements décomposés par l'hiver en une couche uniforme travaillée.

Utilisez une fourche pour retourner, mélanger et aérer la terre sur 20 cm de profondeur environ.




Le ratissage :

Le râteau enlèvera les mottes ou cailloux après le passage de la fourche. Gardez le râteau parallèle à la surface afin de ne pas créer des trous. Vous pouvez vous faciliter le travail en plaçant un cordeau qui déterminera le niveau du ratissage. Roulez la terre ensuite pour casser les mottes.








Un motoculteur avec des fraises combinera les effets du griffage et en grande partie du ratissage.

Lors de ce travail n'oubliez pas l'ajout de l'engrais et compost.









Les plantations

Types de légumes :

Les légumes bulbes : ail, poireaux, oignons.

Les légumes fleurs : artichauts, choux.

Les légumes racines : betteraves, carottes, radis.

Les légumes tubercules : pommes de terres.

Les légumes tiges : asperges, rhubarbes, céleris.

Les légumes graines : haricots, pois, maïs.

Les légumes feuilles : épinards, laitues.

Les légumes fruits : aubergines, concombres, cornichons, tomates, poivrons.

Les plantes aromatiques : basilic, ciboulette, estragon, persil, menthe,...

Les légumes adaptés à votre sol :

Sol calcaire : carottes, choux de Bruxelles, choux pommé, persil, romarin, thym.

Sol argileux : chicorées, choux fleurs, épinards, haricots, pois, tomates.

Sol humifère : aubergines, cerfeuil, concombres, laitues, poireaux, radis.

Sol sableux : pommes de terre, céleri, ciboulette, fraises, ail, oignons et échalotes.

La rotation des cultures

Veillez à ne pas planter les mêmes espèces 2 années de suite aux mêmes emplacements. Alternez vos semis en laissant une année sur 4 une partie de votre terrain en friche.

Il vous est possible d'améliorer cette partie de terrain en plantant des espèces spécifiques qui serviront d'engrais naturel.

Le semis

Le semis en godet, plateaux ou pot à planter :

Ce semis peut être réalisé en avant saison sous serre ou dans un endroit à luminosité et chaleur contrôlée.

Remplissez de terreau, tassez bien. Pour les graines très fines, ajoutez une couche tamisée et tassez légèrement.

Répartissez les graines régulièrement et espacées. Tamisez une couche de terreau par dessus, arrosez.

Vous devrez éclaircir ces semis à repiquer au fur et à mesure de la pousse afin de permettre le développement de plantes suffisamment solides que pour être repiquées en pleine terre.

Le semis en pleine terre : semis en sillon ou à la volée.

Ces semis seront réalisés au printemps dès le bon temps revenu, les dates de semis sont indiquées sur les emballages.

Ratissez la terre jusqu'à obtention d'une surface fine.

Placez le cordeau.

Réalisez un sillon.

Semez les graines à la main, avec un semoir ou encore additionnées de sable sec et fin afin de réaliser un semis uniforme.

Ratissez pour reboucher le sillon avec la terre des 2 côtés de celui-ci. Arrosez en pluie.

Identifiez chaque sillon à l'aide de l'emballage des graines ou d'un marqeur spécifique en pvc le plus souvent jaune (écrire sur celui-ci au marqueur à l'alcool).

Le repiquage :

Les plantes à repiquer sont obtenues grâce à vos semis en serre ou en couche ou bien encore par vos semis à la volée en pleine terre et après éclaircissement de ceux-ci pour obtenir des plantes assez fortes pour être transplantées séparément.

Ratissez la terre uniformément en une couche fine.

Placez votre cordeau.

Plantez le transplantoir et réalisez le trou.

Placez-y la plante et rebouchez avec un peu de terre si besoin tout autour, tassez légèrement. Arrosez immédiatement en quantité.

Soins des plantes

Un jardin entretenu produira de beaux légumes en qualité et en quantité. Il faut veiller à :

Enlever régulièrement les mauvaises herbes qui sont rivales de vos plantations et qui gagneront toujours.

Surveiller l'apparition de maladies ou de nuisibles (voir la bricofiches soins des plantes).

Récolter régulièrement ce qui est à maturité.

Enlever tous légumes pourris ou détériorés qui risqueraient de contaminer leurs semblables.

Le potager Bio

Les grandes règles de base :

Il nécessite un ensoleillement généreux et une protection contre les vents dominants afin que les plantes donnent le meilleur d'elles mêmes.

Il sera divisé en carrés séparés d'allées.

Il n'y aura pas d'apport d'engrais chimiques ou de pesticides. La préférence ira vers les soins par d'autres plantations ou à l'aide de produits naturels.

Les plantations seront assemblées pour favoriser leurs développements :

Ne pas placer l'un à côté de l'autre ails oignons et échalotes avec les pois et haricots.

Ne pas placer des choux à côté de carottes.

Favorisez la proximité entre carottes, poireaux et oignons ou entre haricots et radis.

Placez des soucis près des carottes, choux et laitues ou encore des oeillets près des tomates.

Ces fleurs repousseront les insectes et protégeront vos plantes.

Nombres d’animaux sont utiles à votre jardin (lombrics, coccinelles, abeilles,...). Le jardin bio doit respecter ce milieu diversifié.



L'arrosage

Il existe de nombreux systèmes d'arrosage, pour le potager, préférez un système qui arrosera en pluie sans abîmer les semis ou plantations.

La gestion par un arrosage semis enterré est à retenir. Vous apporterez avec ce système la juste quantité d'eau nécessaire à la bonne croissance de vos plantes.





Vous devez essayer de préserver l'eau en apportant votre contribution personnelle à la récupération d'eau de pluie dans une citerne ou un bidon placé sous une gouttière.Vos plantes apprécieront cette eau "naturelle" non traitée.

Profitez du soir pour arroser, vous éviterez ainsi les brûlures du soleil à cause des gouttes d'eau sur les feuilles. Les plantes auront ainsi le temps d'absorber l'arrosage avant que l'eau ne s'évapore. Le must est de raccorder votre citerne avec une pompe qui alimentera votre système d'arrosage.

Récolte


Conservations

Pour bien conservez vos légumes au réfrigérateur ou au congélateur, il faut respecter quelques règles :

Vérifiez régulièrement les températures : pour le congélateur 4°C max et pour le congélateur -18°C.

Pour la congélation utilisez des sacs spécialement conçus à cet effet. Collez-y une étiquette indiquant la date et le nom du produit.

Après la durée d’entreposage recommandée, la plupart des aliments peuvent être consommés sans danger mais leur saveur et leur valeur nutritive commenceront à s’altérer.

Ne congelez jamais une seconde fois des aliments décongelés.

Consommez sous 24h vos aliments décongelés.