Magazine jardin 2016 - Découvrez-le ici ou demandez votre exemplaire dans votre magasin Brico !
Sluiten

Entretenir des poutres apparentes en bois

Matériel nécessaire (en dehors des produits spécifiques)

- Pinceaux et brosses
- Bac et grille d’égouttage
- Couteau à enduire
- Ciseaux
- Rabot
- Masque, lunettes et gants

L’entretien des bois varie selon leur essence et leur âge. Ceux utilisés pour la structure sont les sapins ou les pins. Solides, mais de dureté moyenne, ils sont d’un prix abordable (ex. : une planche de 2,7 m en 24 x 96 mm coûte 3 euros). Le chêne est de loin le plus résistant et le plus dur, mais son prix est nettement plus élevé (ex. une planche de 2,35 m en 22 x 95 mm coûte... 25 euros). Ce dernier ne demande bien entendu qu’un minimum de protection.

Les poutres neuves

 

Vous trouverez d’une manière générale sur le marché, des bois bruts non traités et non rabotés, des bois rabotés et non traités et des bois rabotés et traités. Le traitement d’usine est généralement assez léger et consiste juste en une protection contre l’humidité. N’hésitez donc pas à... en remettre une couche, au propre comme au figuré !

 

Rabotez votre bois brut

 

1. Utilisez un rabot dont le fer est bien affûté et bien réglé. Fixez solidement la pièce de bois à travailler. Tenez solidement le rabot des deux mains.

2. Rabotez si possible dans le sens des fibres du bois, le rabot glissera mieux, en appliquant une pression régulière et pas trop forte. Enlevez plusieurs copeaux fins plutôt qu’un gros.

 

Vous utilisez un bois déjà raboté

 

  1. Il vous faut tout d’abord éliminer les traces de résine présentes sur la surface du bois en les grattant ou en les découpant à l’aide d’un couteau préalablement chauffé. Si vous laissez la résine, elle sera attaquée par les composants chimiques du traitement de protection et risquera de couler.
  2. La deuxième étape consiste à dégraisser le bois afin de permettre une bonne application de la peinture, du vernis ou de la lasure. Utilisez un solvant synthétique comme le white-spirit.
  3. Dans le cadre d’une peinture, appliquez un primaire. Choisissez-en un coloré du même ton que la peinture désignée. Cette couche doit être appliquée au pinceau pour une meilleure imprégnation du primaire sur la surface.
  4. Dans le cas d’un vernis ou d’une lasure, il existe également des primaires; ceux-ci sont transparents. Il en existe toutefois déjà teintés, mais attention ces derniers font ressortir les veines du bois. Il est toujours préférable de faire des essais sur une chute de bois de même essence. Appliquez cette couche également au pinceau.
  5. Passez ensuite la surface au papier de verre. Un grain fin est amplement suffisant (220-280). Le ponçage est nécessaire car sous l’effet de la couche de primaire, les fibres du bois se soulèvent légèrement. Poncez dans le sens des fibres du bois et ensuite dépoussiérez à l’aide d’un linge humecté de white-spirit.
  6. Vous pouvez à présent peindre, vernir ou appliquer la lasure. Suivez les recommandations du fabricant.
 

Les traitements curatifs du bois

 

Ils s’appliquent en cas d’attaque par des champignons, des moisissures ou des insectes. D’une manière générale, on introduit des matières toxiques pour détruire ces organismes xylophages. Pour certains insectes, il suffit d’augmenter la température du local.

 

Analyse détaillée

 

La première phase du traitement est analytique. Vous devez vous assurer que l’attaque du bois par un organisme xylophage ne met pas en péril la stabilité de la poutre et ainsi du bâtiment. Cette phase est très importante et ne doit pas être traitée à la légère. N’hésitez pas à faire appel à un architecte ou à un ingénieur pour déterminer si problème de stabilité il y a et à un spécialiste pour déterminer la nature de l’organisme xylophage. Si la stabilité est mise en danger, il vous faudra remplacer la poutre; mais nous sortons ici du cadre du traitement.

 

Les principaux insectes xylophages

 

- Le capricorne, qui s’attaque principalement au bois de charpente ainsi qu’aux planchers en bois résineux;
- La petite vrillette, que l’on trouve aussi bien dans les résineux que dans les feuillus, et aussi bien dans les bois de structure (dont les poutres) que dans les bois décoratifs;
- Le lycte, ne causant des dégâts qu’aux meubles ou aux menuiseries, nous n’en parlerons pas ici.

Ce sont les larves de ces insectes qui attaquent le bois. Pour le capricorne, les attaques peuvent n’être découvertes que plusieurs années après le début de l’attaque; les dégâts sont donc sévères. Les signes d’une attaque sont la présence d’orifices d’envol de l’insecte, de forme ovale, de 6 à 10 mm pour le grand axe.

Testez la résistance du bois en enfonçant un outil pointu. S’il y a attaque vous l’enfoncerez facilement dans le bois vermoulu.

Pour ce qui est de la petite vrillette, celle-ci ne s’attaque qu’à l’aubier du bois. Les orifices d’envol de l’insecte sont ronds et ont un diamètre de 1 à 3 mm. Une attaque de petite vrillette cause moins de dégâts que celle du capricorne, mais une succession de générations peut être fatale à la résistance du bois.

 

Traitement spécifique

 

Le traitement à appliquer est spécifique à l’insecte à éliminer, mais d’une manière générale vous devez traiter les parties attaquées et empêcher toute extension de l’attaque. Pour la petite vrillette, vous appliquerez la solution insecticide appropriée au moyen d’une brosse ou par pulvérisation sous basse pression. Il est indispensable de prendre toutes les précautions d’usage : port de lunette, de gants, bien ventiler, ne pas fumer ni manger sur le chantier.

 

Les champignons

 

Pour ce qui est des champignons, le plus connu est la mérule. C’est le champignon le plus vorace, le plus robuste et celui qui s’acclimate le mieux aux conditions qui règnent dans nos demeures. La mérule se développe sur une pièce de bois dont le taux d’humidité est de 30% à 40%. La mérule se propage également via la maçonnerie. Trois conditions doivent être remplies pour son développement :

- Présence de la spore, malheureusement elle est présente partout...
- Présence de boiseries et matériaux de construction traditionnels
- Présence d’une source d’humidité anormale dans la maison; sur cette troisième condition, on peut agir.

Pour l’identification et le traitement de la mérule, il est préférable de faire appel à un organisme agréé. Vous pouvez toutefois déjà assurer une bonne ventilation des lieux et supprimer la source de l’humidité.

Les autres moisissures n’affectent pas aussi rapidement que la mérule la stabilité des matériaux, mais elles peuvent favoriser l’apparition de champignons plus dangereux. La gêne est plutôt d’ordre esthétique, respiratoire ou allergique. La forme la plus répandue prend un aspect duveteux de couleur noire, brune ou verte, parfois jaune ou rose. La principale condition à l’apparition de champignons est bien sûr l’humidité. Pour le traitement curatif, il vous faut tout d’abord bien ventiler les locaux contaminés. Vous devez repérer puis supprimer la source d’humidité. Enlevez la moisissure à l’aide d’un linge humide ou bien d’un aspirateur. Si besoin en est, utilisez un produit fongicide qui protègera les surfaces jusqu’à ce que les conditions d’hygiène normales soient rétablies.