Magazine jardin 2016 - Découvrez-le ici ou demandez votre exemplaire dans votre magasin Brico !
Sluiten

Décaper une peinture

Poncer et décaper

Avant d’appliquer une nouvelle couche de peinture, il est souvent nécessaire de décaper l’ancienne. Souvent, mais pas toujours... Avant de vous infliger un travail qui reste ingrat, quoi qu’on fasse, voyez si un ponçage léger suivi d’une réparation des trous et fissures avec un enduit, et enfin de l’application d’un bon primer ne suffirait pas à créer un support adapté.
Si c’est le cas, faites-vous conseiller par le fabricant (certains ont un numéro vert où l’on peut poser ses questions) ou par le vendeur, afin de déterminer quelle est la nature de la peinture ancienne et donc quel type de primer il faut lui appliquer. Cette étape, bien qu’invisible, est très importante pour l’accrochage de la peinture proprement dite. Vous ne perdrez pas votre temps en y veillant soigneusement.
Mais malheureusement, il est des cas où les couches de peinture anciennes se sont accumulées au point d’estomper les moulures du bois ou de créer des surépaisseurs ou des coulures disgracieuses. Il en est de même si vous souhaitez revenir au bois d’origine, pour le laisser apparent au travers d’une finition transparente (lasure ou vernis). Dans ce cas, rien à faire, il faut décaper...

Prudence avant tout

Quel que soit le produit que vous emploierez, il sera nécessairement mordant et agressif. Commencez donc par vous équiper de lunettes de protection, de gants, et faites le nécessaire pour travailler dans un local aéré : transportez la pièce à décaper à l’extérieur ou ouvrez les fenêtres en grand.

 

Les techniques

Le pistolet thermique convient très bien pour les laques, qu’il soulève en cloques. Il suffit de gratter les résidus de peinture avec une spatule plate, ou triangulaire pour les endroits difficiles.
Tâchez de ne pas respirer les vapeurs de peinture fondue et de ne pas brûler le support. A fortiori si, au lieu du pistolet électrique, vous employez une lampe à souder équipée d’une buse " papillon ", spécialement prévue pour le décapage des peintures.

Vous pouvez aussi employer un produit décapant du commerce ou "fait-maison". Les recettes "maison" consistent généralement en soude caustique ou en d’autres produits mordants, rendus pâteux par l’adjonction de sciure ou de farine, ce qui leur évite de couler. Ces produits sont extrêmement dangereux à manipuler, mais donnent de bons résultats.
Ils ont l’inconvénient d’être à base d’eau et donc de faire gonfler le bois. Il faudra le laisser sécher à fond avant de poursuivre la finition.

Vous trouverez aussi dans le commerce des décapants composés d’un mélange de solvants dont on retarde l’évaporation en les rendant gélatineux, p. ex "Vitaf" de Levis, "Dekapan" de De Keyn, "Décapant Universel" de Bricobi ou de V33 ou des "Anciens Ebénistes".
Ils sont extrêmement efficaces sur les peintures synthétiques, mais moins sur les peintures à l’eau. Dans ce cas, rien à faire, les seules substances actives sont... la sueur et l’huile de coude

 

Matériel nécessaire

- Spatules plate et triangulaire
- Paille de fer
- Vieux pinceau
- Gants
- Lunettes
- Chiffons
- Cale à poncer
- Papier de verre
- Thinner synthétique