Magazine jardin 2016 - Découvrez-le ici ou demandez votre exemplaire dans votre magasin Brico !
Sluiten

Labourer son potager

Le labourage de vos potagers s'effectue à l'aide d'un motoculteur ou d'un cultivateur qui laboure et simule rapidement le pénible travail à la bêche. L'action de labourer est plus profonde (15-20cm minimum) et permet d'aérer, mais aussi et surtout de mélanger les couches de substrats de votre parcelle. A cette occasion, le jardinier pourra épendre des engrais ou enrichir sa terre de fumier.

Si vous n’avez jamais réalisé de potager dans votre jardin, il est certain que le sol que vous comptez utiliser pour la culture est dur et tassé. Un simple labourage ne suffira pas à le rendre cultivable. La fin de l’hiver est le moment idéal pour réaliser ce chantier. En effet, le gel nocturne viendra naturellement assainir la terre avant l’apparition de milliers d'organismes vivants, végétaux et animaux, qui enrichiront la terre dès le printemps venu.

 

Voici quelques étapes importantes à suivre pour créer votre potager

De quelle nature est votre sol ?

La classification des sols est déterminée par la texture, la structure et la porosité des sols plutôt que par leur composition chimique. Selon la proportion en argile, en limon et en sable, on peut définir de nombreux types de sol.

Si vous connaissez la nature de votre sol, vous devriez savoir s’il est :

- Argileux : sol riche, collant, dur et peu drainant (ajouter du sable, de la tourbe… pour l’aérer et favoriser l’écoulement de l’eau).
- Sableux : sol pauvre, meuble et trop perméable (ajouter du fumier, du terreau de l’argile… pour l’enrichir et le tasser).

Le premier labour

Un sol qui n’a jamais été labouré vous prendra du soin et du temps.

Il faut:
- Épierrer
- Défoncer (si création de la parcelle)
- Labourer
-  Affiner
- Tracer les bandes/réalisation des planches

 

Défricher

Coupez les hautes herbes et les ronces et transportez-les dans le bac à compost. Tranchez ou sciez les arbustes qui ne présentent pas d’intérêt pour le potager ou le jardin d’agrément. Veillez à défricher en hiver pour faciliter la tâche.

 

Épierrer

Enlevez les grosses pierres et des différents débris présents sur votre parcelle. Les pierres pourront servir à border les allées, maçonnez un petit muret décoratif ou massif de rocailles.

 

Le défoncement

Le défoncement consiste à ameublir le sol sur une profondeur de 50 à 60 cm. Pour ce faire, il vaut mieux utiliser une charrue défonceuse ou un motoculteur à soc. Investir dans ce type de machine n’est rentable que si vous comptez exploiter une surface de culture supérieure à 1000m2. Dans le cas contraire, nous vous préconisons de louer les services d’un cultivateur, ou de louer une machine adaptée le temps des travaux.

Pour une petite surface, il sera impossible d’utiliser un motoculteur à soc souvent très lourd et encombrant. La méthode sera donc manuelle, à l’aide d’une bonne bêche.

Sachez qu’il ne faut jamais mélanger les strates de sols pour respecter les structures organiques et géologiques des terres.

La technique la plus simple est de tracer des bandes d’un mètre de large.

À l’aide de votre bêche, creusez sur 60 cm de profondeur. La difficulté consiste à ne pas mélanger la couche de sol (premier fer de bêche) et celle du sous-sol (deuxième fer). La terre extraite par le deuxième fer doit se retrouver au fond de la tranchée et celle sortie par le premier fer, en surface. Il faut donc travailler sur une tranchée et demie, en réservant la terre extraite au début de l’opération pour la fin de la bande. Travaillez sur deux niveaux ; la tranchée a un profil de marches d’escalier. La technique peut sembler compliquée au premier abord, mais le tour de main se prend vite au fur et à mesure du travail.

 

Amendement et fertilisation

L’élimination des pierres, des roches mais aussi des grosses racines et des souches d’arbustes (ou même d’arbres) rencontrées se fait à l’occasion du défoncement.
Une fumure de fond peut être incorporée à l’occasion du défoncement.

Si vous n’avez pas entrepris de créer votre espace de culture avant l’hiver, nous vous conseillons d’incorporer des engrais à décomposition rapide tels fumiers de vache ou de cheval. Les granulés d’engrais vert sont également très efficaces.
Les engrais minéraux peuvent aussi s’employer en fumure de fond : superphosphates, chlorure de potassium. Vérifiez toutefois votre PH afin de l’équilibrer d’engrais binaires.
Ces différents engrais ont un effet prolongé et leur utilisation se fait sentir la deuxième et la troisième année de production.

 

Labourer

Si vous avez déjà une parcelle qui a été défoncée, vous pouvez directement passer à cette étape.
Le labour consiste à ameublir le sol qui, sans cela, a tendance à se tasser. Il permet de l’aérer pour augmenter sa vitalité grâce au développement des micro-organismes. Le sol du potager doit être labouré tous les ans avant la fin des gels.

Le sol doit être labouré sur 20 ou 30 cm de profondeur, ce qui correspond à peu près à une longueur du fer d’une bêche. On ne laboure pas une terre trop humide, en particulier si le sol est lourd (argileux) : les mottes se forment mal et la terre colle aux outils. C’est l’occasion d’éliminer les restes de cultures antérieures et les racines des mauvaises herbes. Après le labour, le sol est propre, constitué de grosses mottes disposées en rangées. Il sera prêt pour les préparatifs des semis de printemps.
 
Les surfaces importantes (plus de 300 m2) se labourent mécaniquement.
Une grande surface peut se labourer à la charrue tirée par un microtracteur ou par un motoculteur ; il faut alors tracer des sillons parallèles dans la plus grande longueur (comme dans un champ).
Si votre surface est intermédiaire, vous pouvez opter pour une moto bêche à 4 ou 6 fraises.
Pour une plus petite surface, une petite moto bêche 2 temps ou un émietteur fera très bien l’affaire.
 À défaut d’une moto-bêche, l’émietteur permet de rompre les mottes de façon satisfaisante.
La fourche-bêche convient bien pour les terres argileuses et pour bêcher dans les sols pierreux ou parsemés de racines. Les petites surfaces (inférieures à 300 m2) gagneront à être labourées à la main.
Travaillez sans précipitation et sans forcer, mais régulièrement.
 

Affiner

L'affinage du sol consiste à émietter les mottes retournées à l’occasion du défoncement et du labour.
Pour une grande surface, il existe des émietteurs à tracter (derrière votre tracteur). Il s’agit de crocs qui brisent les mottes très finement.
Il existe aussi des accessoires pour émietter avec votre moto bêche.
Pour les petites parcelles, un râteau est l’outil idéal pour émietter la terre.

Réalisation des planches

La réalisation des planches consiste à diviser le terrain en petits rectangles destinés aux différentes cultures. Ces aires rectangulaires portent le nom de “planches”. Leur surface dépend de l’importance donnée à telle ou telle culture : la planche consacrée aux pommes de terre a, par exemple, en général, une surface plus importante que celle destinée aux radis.
L’orientation idéale des planches est est-ouest, c’est-à-dire parallèle au déplacement du soleil, pour permettre un ensoleillement harmonieux des cultures sur une même planche.
L’espace séparant les planches constitue une allée : sa largeur optimale – 30 à 40 cm – doit permettre le passage avec une brouette (ce qui n’est malheureusement pas toujours possible dans les petits jardins de ville), ainsi que celui du tuyau d’arrosage, sans risque pour les cultures. Ces allées ne sont pas définitives : leur place change avec les années et l’évolution des cultures dans le potager.
La largeur des planches varie aussi. Elle peut être déterminée par la largeur des châssis sur laquelle s’alignent les autres planches (1,50 m environ). Cette largeur a l’avantage de permettre le travail sur une planche, en restant sur le sentier. Une planche est en général destinée à une seule culture, mais il reste possible de planter diverses variétés potagères sur une seule planche pour des cultures peu importantes ou de croissance très différentes.

Le dressage des planches s’effectue au râteau, en faisant en sorte de relever le niveau du terrain à l’emplacement des planches, les allées étant en léger contrebas.
 

La réalisation

- Affinage du sol avec une moto bêche.
- Dégrossissage de la planche à la pelle.
- Délimitation de la planche de culture avec des cordeaux.
- Affinage et réglage de la planche au râteau.


Les ados

Les ados sont des planches dressées en surélévation par rapport aux chemins de votre potager, et qui, sont inclinées vers le sud. Cela permet de bénéficier d’un ensoleillement optimal, même quand le soleil est au plus bas.
Pour réaliser un ados, il est nécessaire de planter un muret ou une bordure au nord de la planche.
Avec cette méthode, vous pouvez espérer gagner d’une à deux semaines de culture hors serre.
 

Les châssis

Les châssis sont des constructions légères ou maçonnées, couvertes de cadres vitrés amovibles, permettant de pratiquer des cultures sous abris. Il existe des châssis préfabriqués dans votre magasin, et ce, à bon prix.
Vous pouvez aussi opter pour des tunnels (notamment pour les salades)

Découvrez comment "scarifier sa pelouse".