Magazine jardin 2016 - Découvrez-le ici ou demandez votre exemplaire dans votre magasin Brico !
Sluiten

Des primevères en bordure d'eau

Toutes les espèces de primevères ne conviennent pas au jardin aquatique, mais, à condition de faire le bon choix, vous disposerez d'une attendrissante splendeur au bord de l'eau, dès le printemps et pendant une partie de l'été. Or, le choix est grand ! Le genre Primula comprend quelque 400 espèces, toutes originaires de l'hémisphère Nord, dont près de la moitié poussent dans l'Himalaya.

Dans le commerce, on trouve en outre une multitude de variétés de culture. Elles sont principalement cultivées pour leur beauté et présentent peu d'autres intérêts économiques, quoique… toutes les parties de la primevère sont comestibles et ce sont les jeunes feuilles qui ont le meilleur goût. Les espèces indigènes (Primula veris et Primula elatior ) sont même cultivées dans ce but, maintenant que c'est de nouveau la mode de manger les fleurs. Il faut avant tout, évidemment, qu'elles n'aient pas été traitées aux pesticides ! Ne consommez les fleurs que si elles proviennent d'une pépinière de plantes comestibles ou si vous les avez cultivées vous-même. On fait aussi du « vin » de primevères.

Autour de l'étang

La plupart des primevères aiment disposer de suffisamment d'eau, surtout pendant leur période de croissance et de floraison. Si vous n'en êtes pas convaincu, vous pouvez aisément le constater en notant la différence entre une primevère qui pousse dans la terre ordinaire et une autre installée à un emplacement humide. Il y a cependant des espèces qui conviennent particulièrement au bord de l'eau; ces primevères souhaitent sentir l'influence de l'eau sans pour autant être constamment dans l'eau.

Il est d'ailleurs préférable de ne jamais les planter avec la corolle sous l'eau, car elles ne le supportent que peu de temps. L'emplacement idéal est dans un marais, là où l'eau n'atteint pas la couche supérieure: veillez à ce que seules les racines des primevères soient en contact avec l'eau. Ces plantes sont gourmandes, fournissez-leur suffisamment de nourriture : pour l'étang et le marais, cela peut par exemple être sous la forme de pastilles d'engrais spéciales, qui libèrent lentement leurs éléments nutritifs.

Isolées en bordure de forêt ou d'étang, les primevères sont attendrissantes, mais elles sont véritablement spectaculaires quand elles sont présentes en grand nombre. Tous les Primula , surtout ceux du type candelabra, méritent d'être plantés en grands groupes. Vous pouvez séparer les différentes espèces par des plantes plus hautes; les combinaisons avec des plantes contrastantes comme les fougères, les iris bleus, les mimules ou les hémérocalles sont d'une merveilleuse beauté. Nous allons examiner une à une les espèces de primevères convenant à notre jardin aquatique, plus ou moins dans l'ordre chronologique des périodes de floraison.

Une indigène bien élevée

Primula elatior est la première à se mirer dans l'onde de mars, parée de jaune printemps frais. La primevère élevée est une plante mellifère appréciée des papillons et autres insectes précoces. C'est une espèce indigène qui pousse surtout, à l'état sauvage, le long des ruisselets de forêt et dans les prairies humides. Si la primevère élevée, qui n'atteint que 15 à 30 cm de hauteur, est importante pour les amateurs d'étangs, c'est en raison de sa floraison, à la fois très précoce et prolongée.

La plante a besoin d'un sol limoneux nutritif et nous en récompense par sa floraison en mars, avril et mai. Une petite touffe s'étend spontanément.
Attention : il ne faut pas prélever cette plante dans la nature, car elle est protégée par la loi.

La primevère à tête ronde

Primula denticulata est une primevère à floraison printanière et aux inflorescences sphériques, que l'on trouve à l'état naturel en Afghanistan et en Chine. Elle pousse de façon compacte et prospère aussi dans un parterre de plantes vivaces et même en pot. La primevère denticulée préfère toutefois une ombre légère et un sol plutôt acide et humide; il faut en placer huit à dix exemplaires par mètre carré. Les fleurs, dont les coloris se situent dans les tons lilas, bleu et blanc, atteignent 25 cm de hauteur et fleurissent de mars à mai, pendant deux mois environ. Cette primevère a reçu le prestigieux 'Award of Garden Merit' de la Royal Horticultural Society.

La section candelabra

Les quatre primevères qui suivent appartiennent à la section candelabra. Elles arborent plusieurs couronnes de fleurs, agencées en différents étages. En néerlandais, elles sont d'ailleurs souvent surnommées « primevères à étages ».

Primula pulverulenta est une robuste espèce originaire de l'ouest de la Chine, atteignant jusqu'à 70 cm de hauteur. Elle porte de longues feuilles étroites, dont le revers est très puissamment veiné, et des fleurs dont la couleur originelle se situe autour du rouge carmin, de sorte qu'elle se combine par exemple très joliment avec les myosotis. G.H. Dalrymple a développé une variété spéciale aux fleurs rose bicolores, qu'il a baptisée 'Bartlet Strain'. Ce qui est plaisant, c'est que cette variété est diploïde, ce qui est inhabituel pour les cultivars. Cette espèce fleurit le plus souvent d'avril à mai et convient très bien à proximité de l'eau. Un croisement célèbre est Primula 'Rowallane Rose'; il s'agit d'un hybride de croissance vigoureuse, aux fleurs roses, qui doit être multiplié de façon végétative parce qu'il ne forme pas de semences. Il poussait notamment le long du ruisseau de Hugh Armytage-Moore, dans son domaine de Rowallane, à 20 km au sud de Belfast (Irlande du Nord).

Primula japonica reprend le flambeau et fleurit pendant huit bonnes semaines consécutives, ce qui est exceptionnellement long pour une primevère. Les robustes hampes florales portent des fleurs tubulaires rouge foncé. La primevère du Japon atteint 30 à 60 cm de hauteur. C'est l'une des primevères palustres les plus remarquables, ce qui lui a valu en Grande-Bretagne le sobriquet de 'Queen of Primroses' . Le cultivar 'Miller's Crimson', très cultivé, porte des fleurs rouge carmin, qui fleurissent de mai à une partie de juillet. La primevère du Japon peut aussi parfois refleurir en septembre-octobre, ce qui procure évidemment une agréable surprise.

Primula bulleyana , facile à reconnaître, a été identifié pour la première fois en Chine par le chasseur de plantes George Forrest. Là-bas, cette plante recouvre des prairies entières de fleurs saumon orangé agréablement parfumées. George Forrest a donné à la plante le nom de son commanditaire Arthur Kilpin Bulley (1861-1942), un négociant en coton qui se passionnait aussi pour les plantes.

Plantée à proximité de l'eau, cette primevère atteint une hauteur de 45 à 60 cm et c'est en groupe qu'elle fait le plus d'effet. L'idéal est un emplacement humide, lumineux ou à mi-ombre, en bordure de l'étang. Les feuilles minces, qu'on dirait faites de papier, mesurent jusqu'à 30 cm de longueur. Ne coupez pas ces feuilles en automne, car leurs rosettes sont semi-sempervirentes: la verdure ne disparaît que lors des hivers les plus rigoureux. Il peut toutefois être utile d'ôter les anciennes feuilles au printemps, pour faire place aux nouvelles. Les plantes peuvent être divisées entre septembre et avril. Cette primevère, dont il existe de nombreuses variétés de culture, a également reçu un 'Award of Garden Merit' . C'est l'une des primevères qui vivent le plus longtemps: un must pour le jardin d'étang semi-sauvage. Pour garder les plantes en bonne condition, administrez-leur chaque année du compost.

Primula beesiana , la dernière primevère 'à étages', est une frêle beauté de Chine qui atteint environ 60 cm de hauteur. Cette espèce aux fleurs lilas pourpre a été ainsi baptisée en l'honneur du jardinier anglais Bees et on la trouve parfois aussi sous le nom de Primula bulleyana subsp. beesiana. Les corolles sont rosâtres à rouge cramoisi, avec un oeil jaune. On ne peut manquer de remarquer l'éclat argenté qui éclaire tiges et fruits. Cette primevère, qui colonise assez bien, prospère à mi-ombre et fleurit assez tard: en juin et juillet. Vous en profiterez donc pleinement au bord de l'eau en plein été.

Un cas à part

Primula vialii est un cas à part et on l'appelle d'ailleurs parfois la primevère-orchidée . Ce n'est assurément pas une plante facile à cultiver, mais elle est exceptionnellement belle quand elle est en fleur. La hampe florale, qui peut mesurer jusqu'à 50 cm de hauteur, porte un épi conique densément fleuri d'une douzaine de centimètres de longueur. Les petites fleurs violet doux s'épanouissent à partir de boutons rouge foncé et l'ensemble ressemble effectivement un peu à une orchidée indigène. Cette espèce préfère une ombre légère et aime l'humidité en été, mais elle est habituée à passer l'hiver au sec dans les montagnes, sous une couche de neige. La plante est en effet originaire du Yunnan (la province la plus au sud-ouest de la Chine ) et du Szechuan (au centre de la Chine ), où elle pousse jusqu'à une altitude de 4 000 mètres . Nos hivers sont donc beaucoup trop humides pour elle et on propose parfois, comme solution, de l'abriter pendant la saison froide sous un petit auvent vitré. Cela peut réussir, mais la durée de vie de cette primevère est de toute manière assez courte: vous pouvez aussi bien la considérer comme une annuelle (en tout cas, elle ne coûte pas cher). La période de floraison se situe en juin-juillet. C'est le père Delavay, un religieux qui était également chasseur de plantes, qui a découvert l'espèce et il lui a donné le nom de son confrère, le père Vial. La plante a aussi porté un temps le nom de Primula littoniana , d'après Litton, le consul britannique de l'époque. Si, auparavant, cette primevère poussait dans la plupart des régions montagneuses de Chine, elle est depuis devenue très rare à l'état naturel et c'est maintenant une espèce végétale menacée.

Une vraie géante

Primula florindae , originaire de l'Himalaya, est la primevère qui supporte le mieux l'eau; c'est la seule pouvant vraiment se retrouver sous l'eau, mais seulement temporairement et à quelques centimètres de profondeur. C'est une géante spectaculaire parmi les primevères, puisqu'elle atteint 80 à 90 cm de hauteur. Les fleurs jaune soufre (que l'on remarque même dans la pénombre) sont poudrées de blanc à l'intérieur et exhalent un parfum délicieusement capiteux. Que souhaiter de plus pour une chaude soirée d'été ? Une fois fanées, les petites fleurs se redressent et forment ainsi les balais typiques, avec semences. Cette plante est vivement recommandée, notamment en raison de sa floraison très tardive: de la fin juin à tard en été. Le mieux est de la planter en groupe, mais cela vaut pour toutes les primevères.

Ce que cache un nom

Selon John Gerard (1545-1612), botaniste anglais auteur de 'The Herball' en 1597, si la primevère a reçu le nom scientifique Primula, c'est parce qu'elle fait partie des fleurs de printemps ou parce qu'elle est la première à fleurir. Le nom 'primevère' signifie d'ailleurs aussi 'première verdure' . Le nom néerlandais 'sleutelbloem' (fleur-clef) fait quant à lui référence à l'aspect de l'inflorescence de nos espèces indigènes, dont les fleurs évoquent les clefs de Saint Pierre.

En Grande-Bretagne, la primevère commune est d'ailleurs appelée 'paigles', nom probablement dérivé du terme anglo-saxon désignant des clefs. Encore une anecdote amusante: lors du décès du premier ministre britannique Disraeli (en avril 1881), la reine Victoria fit envoyer une couronne de primevères, 'sa fleur préférée'.

Texte et photographies : Guido Lurquin