Magazine jardin 2016 - Découvrez-le ici ou demandez votre exemplaire dans votre magasin Brico !
Sluiten

Parfums dans le jardin aquatique

Les humains ont une mémoire exceptionnelle - en grande partie inconsciente - de ce qu'ils expérimentent par le nez. La question est de savoir si l'on peut dissocier une odeur des souvenirs qui y sont irrévocablement liés. Il est en tout cas très difficile de détecter et d'évaluer une odeur comme nouvelle. Les parfums - ceux des plantes aussi - peuvent être liés à de bons ou à de mauvais souvenirs de notre enfance. Ils peuvent nous faire penser à l'air confiné d'une chambre de pensionnat, avec ses boules de naphtaline et ses sachets de lavande éventés… ou, au contraire, au bonheur d'explorer en toute liberté le verger fleuri de grand-maman.

Du déodorant au parfum

Aujourd'hui, les senteurs ne comptent plus guère. Notre société est focalisée sur l'image et le son, qui peuvent être commandés à distance et dominent notre vision du monde. Les senteurs sont difficiles à décrire, elles n'ont pas reçu de véritable dénomination.

Saururus cernuus

Les couleurs, en revanche, disposent de qualificatifs presque inépuisables: bleu ciel, bleu roi, bleu foncé, bleu marine, bleu turquoise, bleu lagon, bleu cobalt, bleu de Prusse, etc. Comment décrire un parfum sucré, alors que le sucre n'a pratiquement pas d'odeur ? En parlant de parfum de miel, peut-être ? Mais il faudrait préciser, car il y en a tellement ! Une grande partie des odeurs qui peuplent notre environnement citadin sont artificielles. Même le déodorant « senteur de pin », le parfum de vanille et le shampooing « à la pomme » ne sont plus que des ersatz. Il faut d'urgence réhabiliter les parfums frais et naturels d'origine végétale, surtout dans l'étang et alentour, où les possibilités sont multiples.

 

Les senteurs de printemps

Les épis d'eau (Aponogeton distachyos) ont un délicieux parfum de vanille et d'amandes. Les épis floraux blancs et les feuilles allongées qui flottent sur l'eau peuvent créer de belles surprises hivernales, car ces plantes originaires d'Afrique du Sud fleurissent souvent en hiver. Contrairement aux nénuphars, elles fleurissent aussi en eau vive et les fleurs dégagent un merveilleux parfum, parfois si puissant que tout l'environnement de l'étang embaume. En vieillissant, les fleurs blanches deviennent vertes et se replient sous l'eau, où mûrissent les fruits. Lorsque ces fruits sont mûrs, ils remontent à la surface pour libérer leurs graines. Celles-ci peuvent mesurer jusqu'à 17 x 5 mm et disposent d'un germe rectiligne, sans albumen. Elles s'éloignent à la dérive, pour assurer une bonne dispersion des plantes, après quoi elles coulent et germent si l'eau n'est pas trop profonde. Saviez-vous que les fleurs sont comestibles et même vendues en conserve en Afrique du Sud ?

Dès que le soleil de mars réchauffe les recoins abrités et les petits jardins, la violette odorante (Viola odorata) s'épanouit. Combien de poètes ont chanté sa douceur et son humilité! Et tous ceux qui la découvrent sont attendris. Dans l'Antiquité, la violette odorante était une fleur sacrée: on en tressait alors des couronnes en l'honneur de Saturne. C'était la fleur dédiée à Pan, le dieu tout puissant de la Nature et de la Vie. Viola était d'ailleurs le nom que les Romains donnaient à différentes fleurs parfumées. La violette odorante est une messagère du printemps qui a besoin d'un emplacement plutôt humide, à proximité de l'étang. Son parfum est d'une grande suavité.

Le lysichite blanc (Lysichiton camtschatcensis) arbore au printemps des fleurs blanches et sent nettement meilleur que le lysichite jaune (Lysichiton americanum), à l'odeur plutôt désagréable. Il faut cependant le respirer de près, si on veut sentir son doux parfum. Les énormes feuilles, qui atteignent facilement un mètre de hauteur, ressemblent à des feuilles de bananier, avec de belles bandes transversales foncées.

Viola odorata

Les lysichites poussent le mieux en pleine terre, en bordure humide d'un étang naturel ou dans un marais aménagé, où les racines peuvent s'enfoncer profondément dans le sol. Une terre argileuse, complétée par de la terre de dragage ou de la tourbe, est idéale.

Les feuilles ensiformes décoratives de l'acore aromatique ou jonc odorant (Acorus calamus) sentent la cannelle et les racines sont encore plus fort et plus agréablement parfumées. On les utilise d'ailleurs dans la production de plusieurs bitters aux herbes aromatiques. La forme « sauvage » de l'acore n'est peut-être pas très décorative, mais la variété 'Variegatus' couleur crème rayée l'est d'autant plus, surtout au printemps, quand le revers des feuilles rosit. Cette variété panachée prospère admirablement en eau vive, mais pas dans la zone palustre, contrairement à la forme « sauvage ». L'acore n'est pas réellement indigène, mais il a été introduit en Europe à la fin du XVIe siècle en raison de ses vertus curatives.

Même les plantes oxygénantes participent au ballet des senteurs. L'hottonie des marais ou violette d'eau (Hottonia palustris) forme des fleurs lilas au parfum raffiné, qui s'élèvent à quelque 25 cm au-dessus de l'eau. Il est seulement dommage que ce ne soit pas une plante oxygénante facile. Dans la nature, on la trouve surtout aux endroits où s'infiltre l'eau douce, c'est-à-dire où l'humidité sort du sol à la verticale.

Hottonia palustris

La violette d'eau pousse le plus souvent à 10 à 45 cm de profondeur, dans une eau plutôt douce et pauvre en nutriments et à un emplacement lumineux, mais pas trop ensoleillé. Elle ne supporte pas les eaux dont les taux d'azote et de phosphates sont trop élevés. Si une ombre légère ne pose pas de problème - bien au contraire -, Hottonia palustris fleurit moins bien à l'ombre totale. C'est une plante d'étang avec laquelle il faut de la chance : elle prospère parfois au bord boueux d'un étang naturel, alors qu'en d'autres cas, on recommande de la planter dans des paniers. Elle ne supporte pas bien non plus la concurrence des plantes voisines. La violette d'eau apprécie de se retrouver sur la terre ferme de temps en temps, ce qui, dans un étang artificiel, demande beaucoup de travail et d'attention.

Les parfums de l'été

Primula florindae est sans doute l'une des primevères au parfum le plus fort et le plus agréable… et en outre grisant. Les grosses capitules poudrées de fleurs jaune soufre embaument fortement le citron.

Primula florindae

Un groupe de ces plantes suffit pour remplir l'air du soir de ce parfum. Cette très grande primevère des marais (jusqu'à 90 cm de hauteur) apprécie un sol calcareux et un emplacement au soleil ou légèrement ombreux. Il existe des variétés de culture de couleur plus foncée, qui sont encore plus parfumées, et il y a bien sûr encore beaucoup d'autres espèces de primevères convenant aux sols humides; les plus parfumées sont: Primula alpicola, Primula anisodora (qui sent l'anis), Primula chionantha, Primula ioessa, Primula prolifera (calcicole), Primula reidii williamsii et Primula sikkimensis.

La cotule pied de corbeau (Cotula coronopifolia) est une petite plante annuelle que l'on peut tout de même apprécier pendant des années, car elle se resème spontanément autour de certains étangs. Les fleurs jaunes en forme de petits boutons sont la raison pour laquelle on a un jour cultivé cette petite plante d'étang. Quand on les froisse, les feuilles dégagent une senteur citronnée. Une variété aux fleurs couleur crème, baptisée Cotula coronopifolia 'Cream Buttons' est rarement disponible.

Les fleurs ne sont pas les seules à titiller notre odorat. Le souchet long (Cyperus longus) est une plante de bordure d'étang. Ses feuilles herbacées vert brillant et, en été, ses petits épis floraux châtains ramifiés oscillent au bord de l'eau. Les tiges froissées dégagent une douce senteur moussue, une odeur qu'ont aussi les racines. Que ce soit comme solitaire remarquable ou agencé en groupe, le souchet long est une plante d'étang originale et décorative pour la zone palustre. La plante est la plus belle en période de floraison, c'est-à-dire en plein été, pendant les mois de juin, juillet et août. On recommande de la transplanter ou de la rajeunir en automne. Le souchet long supporte assez bien les hivers.

Cyperus longus

La reine des prés (Filipendula ulmaria) est une plante fluviatile très connue dont le nom latin sonne particulièrement bien. Les panicules florales couleur crème dégagent un fort parfum faisant penser à l'aubépine, mais sans l'arrière-senteur de poisson. La reine des prés est cette plante que maints grands personnages du moyen-âge et des époques ultérieures faisaient répandre sur le sol des pièces d'habitation pour en chasser la vermine et en éliminer la saleté.

Filipendula rubra

La variété à feuilles jaune or 'Aurea' est fort décorative, mais pousse malheureusement très lentement. Le cultivar 'Variegata', qui pousse nettement mieux, porte des taches jaune or.

Anemopsis californica ou Yerba mansa est assurément l'une des plus intéressantes nouveautés de ces dernières années en fait de plantes palustres. On peut espérer que cette plante à la fois belle et parfumée pourra bientôt être admirée dans de plus en plus d'étangs. Cette plante d'étang nouvellement commercialisée, à la senteur spéciale d'eucalyptus camphré, est originaire du sud-ouest des Etats-Unis, du Kansas au Texas à l'est jusqu'en Californie et en Orégon au nord, ainsi que des régions voisines du Mexique, où on l'utilise depuis des siècles comme plante médicinale.

Nous en arrivons maintenant aux reines des plantes d'étang, à savoir les nénuphars. Beaucoup d'entre eux dégagent une douce senteur exotique. Parmi les variétés les plus parfumées, citons 'Arc-en-Ciel', 'Caroliniana Perfecta', 'Dawn', 'Gold Medal', 'Helen Fowler', odorata 'Alba', 'Mayla', 'Turicensis', 'Firecrest', 'Sulphurea Grandiflora', 'W.B. Shaw', 'Rose Arey', 'Sunrise', 'Perry's Fire Opal' et 'Pink Opal'. Essayez de vous procurer une ou plusieurs de ces variétés et installez-les de préférence dans une pièce d'eau surélevée, pour pouvoir profiter pleinement de leurs parfums grisants.

Nymphaea 'Helen Flower'

Des senteurs toute l'année

Quand on les froisse, les feuilles de Houttuynia cordata répandent une odeur piquante, mais un avertissement est de rigueur: si, pour certaines personnes, cette senteur évoque le parfum des oranges, pour d'autres, c'est l'odeur du poisson pourri ou du sang.

Houttuynia cordata

Personnellement, je retrouve toutes ces senteurs dans cette petite plante, dont la variété 'Chamaeleon' très colorée fait sensation par son effet panaché. Houttuynia est très apparenté à Saururus cernuus, la queue de lézard. Il s'agit d'une plante d'aquarium aux feuilles cordiformes, qui prospère admirablement dans un étang extérieur et s'avère même totalement non gélive. Elle fleurit en été, se parant d'épis retombants de fleurs blanches et parfumées. Pour cette petite plante aussi, on peut se demander si elle sent bon ou si elle empeste !

La menthe aquatique (Mentha aquatica) met en revanche tout le monde d'accord, car elle dégage un délicieux parfum frais. De quoi faire oublier une particularité moins agréable de cette plante indigène: son caractère envahissant. De petits étangs isolés sont les seuls endroits sûrs où faire pousser cette plante très agressive. Un autre membre du même genre, Mentha longifolia (la menthe à longues feuilles) convient également pour un jardin humide. Mentha pulegium, la menthe pouliot, forme lui aussi des mottes rampantes qui se plaisent beaucoup en sol humide. A la fin de l'été, la menthe pouliot se pare de fleurs lilas et répand alors un délicieux parfum de menthe.

Si vous appréciez une senteur de menthe fraîche mais n'aimez pas les envahisseurs, je vous recommande la menthe anglaise bleue ou menthe des cerfs (Preslia cervina). Cette plaisante petite plante d'étang basse trouve sa place jusque dans les plus petits jardins aquatiques. C'est une plante persistante, totalement non gélive et qui fleurit longtemps, se parant de belles fleurs mauve pastel.

Preslia

Riche en nectar, la menthe des cerfs est avidement visitée par les abeilles. Son délicat parfum ressemble à celui de la menthe, mais en plus raffiné et plus agréable. La plante pousse dans tout type de sol, à un emplacement ensoleillé, et supporte jusqu'à une profondeur d'eau de 30 cm (l'idéal étant une profondeur de 2 à 5 cm). Le cultivar Preslia cervina 'Alba' porte des fleurs blanches, avec l'inconvénient que les fleurs fanées, de couleur roussâtre, se remarquent fort parmi les autres.

Le clèthre à feuilles d'aulne (Clethra alnifolia) est un bon arbuste odoriférant, convenant très bien pour le jardin palustre. La douce senteur de viorne provient des minces racèmes de fleurs blanches pelucheuses, qui fleurissent au milieu de l'été. La floraison tardive de cet arbuste érigé aux feuilles dentées et aux nombreuses pousses racinaires nous convient parfaitement. La variété 'Paniculata' est une excellente acquisition, qui mesure 250 cm de hauteur et préfère un sol acide, à un emplacement ensoleillé ou mi-ombragé. Les grands jardins peuvent peut-être abriter quelques arbres odorants qui aiment l'humidité, comme Salix aegyptica et Salix triandra (le saule à trois étamines ou osier brun), qui portent des chatons parfumés, et Salix pentandra, le saule laurier, dont les feuilles sont odorantes.

En étant un peu attentif lors de votre recherche des bonnes plantes d'étang, vous pourrez profiter pleinement de toutes ces senteurs. Ajoutez-y des rosiers parfumés et du chèvrefeuille contre un mur et vous aurez créé un paradis aquatique qui sera un vrai régal pour tous les sens, y compris l'odorat.

Nymphaea odorata 'Alba'

Guido Lurquin