Magazine jardin 2016 - Découvrez-le ici ou demandez votre exemplaire dans votre magasin Brico !
Sluiten

Mi-anges, mi-démons

Les forficules sont des animaux nocturnes. Comme ils mènent une vie cachée, on les rencontre rarement la journée. Les forficules ou perce-oreilles se cachent sous les pierres et les planches ou dans le tas de compost et des trous du sol. Quand ils sont dérangés, ces insectes farouches prennent la fuite et se mettent à la recherche d'une autre cachette. Les forficules ne sont pas des coléoptères, mais appartiennent à un ordre à part: celui des Dermaptères. Ces insectes minces et aplatis se caractérisent par de longues antennes et des pattes relativement courtes. Les adultes sont d'un coloris brun brillant. L'arrière du corps se prolonge par une pince (ou cerques) dont la forme permet de déterminer le sexe de l'animal. Cet appendice sert à saisir des insectes, à effrayer les assaillants ou à déployer les ailes. Oui, les perce-oreilles peuvent aussi voler, mais ils ne le font que très sporadiquement.

Utile ou nuisible ?

Même si le caractère utile des perce-oreilles est controversé, cela vaut la peine d'examiner cet insecte de plus près. A son menu figurent notamment le limbe de feuilles et les fruits mûrs, ce qui signifie qu'il peut abîmer des plantes ou aggraver les dommages causés par d'autres insectes, mais il s'agit en tout cas toujours de dégâts limités. En dehors de cette petite faiblesse, le forficule se nourrit aussi d'une série d'insectes nuisibles que l'on trouve au jardin, ce qui le rend très utile.

Un hôte bienvenu

Il y a une quinzaine d'années que l'on a découvert, en culture fruitière, que, si on détruisait en masse les forficules, le puceron lanigène et d'autres insectes se mettaient à proliférer dans des proportions dommageables. Les perce-oreilles sont en effet justement actifs au moment où le puceron lanigène commence à former des colonies et les jeunes colonies sont alors exterminées par ces hôtes bienvenus. Dans les vergers de poiriers, les oeufs et les adultes du psylle du poirier sont dévorés avec avidité par le forficule, au point qu'il est le plus souvent devenu inutile de pulvériser. Le perce-oreilles mange aussi le puceron vert du pommier, le puceron ordinaire, le psylle du buis, le psylle du laurier et les ouufs du redoutable carpocapse des pommes. Il fait en outre son régal des petites chenilles tordeuses, après quoi il peut s'installer confortablement dans les feuilles roulées par ces larves d'insectes. Enfin, l'écusson de la cochenille virgule, qui prolifère parfois sur le buis et d'autres plantes de jardin, ne pose pas non plus le moindre problème au forficule.

En conclusion

Est-il encore possible, après ce plaidoyer, de classer le perce-oreilles parmi les insectes nuisibles ? Nous sommes d'avis que non. Au lieu de le détruire, il serait donc préférable de le capturer et de l'installer aux endroits où prolifèrent les insectes nuisibles. Si les forficules causent des dommages dans votre jardin, préparez-leur des abris avec un peu de foin ou de paille dans un pot de fleurs retourné. Les insectes capturés ainsi pendant la journée peuvent être transportés le soir dans le verger, où ils détruiront beaucoup d'insectes nuisibles au cours de leurs déambulations nocturnes. Veillez à ce qu'il fasse bien sec autour de votre habitation, car c'est une chose qu'ils fuient. Installez le tas de compost à une distance suffisante de l'habitation et ne laissez pas traîner de déchets de jardin autour de la maison. N'utilisez surtout pas d'insecticides: le résultat serait lamentable et l'environnement empoisonné. Les ennemis naturels des perce-oreilles comme les oiseaux en subiraient aussi beaucoup de dommages.

Fiche signalétique du forficule

Noms communs : forficule, perce-oreilles.

Espèces les plus répandues : On trouve dans nos régions six espèces de la famille des Forficulidés, dont la plus importante dans notre jardin est le forficule commun (Forficula auricularia). Parmi les autres, citons le forficule à deux points (Anechura bipunctata , qui se reconnaît aux points jaunes des ailes antérieures et à ses cerques incurvés), Apterigyda media et Chelidurella acanthopygia (tous deux plus petits que le forficule commun et souvent présents dans les régions richement boisées).

Longueur : 2,5 à 3 cm . Les mâles sont généralement un peu plus grands que les femelles.

Répartition : Quelques espèces se trouvent dans différentes parties d'Europe, d'autres dans le monde entier, à l'exception des régions arctiques.

Observation : De la fin du printemps à l'automne. En hiver, ils vivent cachés dans le sol ou dans des fentes de l'écorce des arbres et arbustes.

Particularités : Les forficules ont besoin d'un certain degré d'humidité pour survivre et les températures qui leur conviennent le mieux sont comprises entre 26 et 33 °C . Ils s'adaptent bien à leur environnement, de sorte qu'on les trouve aussi bien en plaine qu'en montagne.

Les distances ne posent aucun problème, car les forficules peuvent voler, même si c'est une chose qu'on n'observe pas souvent. Ils disposent d'ailes arrière de construction ingénieuse, qui se déploient en éventail. Ces ailes, très fines, sont semi-circulaires; le forficule se sert de la pince de l'extrémité de son corps pour les ouvrir et les replier.

Ouvrez grand les oreilles

  • Les forficules ne se glissent pas dans les oreilles ni n'en percent le tympan pour y pondre leurs oeufs. Ils doivent leur surnom de perce-oreilles à la forme de leur pince (ou cerques), qui évoque celle d'un instrument utilisé jadis pour percer les oreilles.
  • Les mâles arborent des cerques divergents et recourbés, alors que ceux des femelles sont droits et se croisent.
  • L'accouplement a lieu en automne. Sept ou huit jours plus tard, les insectes femelles pondent 20 à 80 oeu fs en deux à quatre jours. Le développement, de l'oeuf à l'adulte, peut prendre cinq à huit mois et comprend plusieurs mues.
  • Les forficules femelles pondent leurs oeufs dans un trou du sol, que ces bonnes mères nettoient régulièrement en le léchant pour en éliminer les moisissures et autres micro- organismes. Après l'éclosion, la mère continue à s'occuper de ses petits, ce qui est très inhabituel dans le monde des insectes. Si la mère meurt avant que les jeunes viennent au monde, elle est dévorée par sa propre progéniture.

Renseignements utiles

pépinière Ecoflora
Ninoofsesteenweg 671
1500 Halle
Tél.: 02/361.77.61
Abris pour forficules.

Texte: Luc Van Conkelberge
Photographies:Jef Meul, Luc Van Conkelberge