Magazine jardin 2016 - Découvrez-le ici ou demandez votre exemplaire dans votre magasin Brico !
Sluiten

Des teintes vives dans une période horticole gris

Rare dans notre pays, l'euphorbe des marais fleurit de mai à juillet, mais c'est en automne que cette robuste plante palustre déploie sa plus grande valeur ornementale. Les feuilles lancéolées se colorent alors en effet en rouge pourpre soutenu et mettent de la vie dans le gris triste du jardin en fin d'année.

L'euphorbe des marais est un vrai joyau qui, malheureusement, se fait de plus en plus rare dans notre pays, où elle est très menacée. Offrez en tout cas à cette superbe plante un emplacement dans votre jardin aquatique. Le remarquable coloris automnal rouge pourpre de ses tiges vous séduira certainement et vous pourrez profiter de cette splendeur jusqu'en décembre. Cela mettra une touche de couleur dans l'environnement gris du jardin en hiver.

Un genre diversifié

Le genre Euphorbia a été ainsi baptisé d'après Euphorbos, médecin du roi Juba II de Mauritanie, décédé en 54 av. J-C. Ce docteur Euphorbos, beau-fils d'Antoine et Cléopâtre et protégé de Jules César, a publié un texte sur les propriétés curatives d'Euphorbia. Ce grand genre végétal fournit aux hommes de la nourriture et de la cire comme de l'huile et du caoutchouc, du poison comme des médicaments, une séparation pour les enclos à bétail comme des plantes de jardin et d'appartement… et même des plantes d'étang.

Avec ses 2 000 espèces, le genre Euphorbia est le plus important des Euphorbiacées. La plupart des représentants du genre poussent sous les climats subtropicaux et tempérés chauds et on observe une très grande diversité, tant pour la taille et la forme que pour le lieu de croissance. Il y a des espèces naines qui ne mesurent que quelques centimètres et d'autres qui atteignent trente mètres de hauteur. Celles qui poussent dans le désert ressemblent souvent à des cactus, dont le tronc charnu peut être plat, cylindrique ou sphérique, et beaucoup portent des épines. En l'absence de fleurs, elles sont difficiles à différencier des cactus, à moins de les entailler : les euphorbes laissent échapper un latex laiteux, les cactus non (sauf les Mammilarias, mais ils sont mamillaires, comme leur nom l'indique). Toutes les euphorbes contiennent un suc blanc irritant pour la peau et souvent toxique en usage interne.
Au jardin, on connaît évidemment Euphorbia amygdaloides (l'euphorbe des bois), Euphorbia polychroma (l'euphorbe polychrome), Euphorbia griffithii et Euphorbia cyparissias (l'euphorbe petit-cyprès). L'étoile de Noël archi-connue, cette plante 'à fleurs rouges' qu'on achète en masse en période de fin d'année, fait aussi partie du même genre et a pour nom scientifique Euphorbia pulcherrima. Tout cela pour illustrer le fait qu'une euphorbe n'est pas l'autre.

Une robuste plante palustre

Décrite en 1753 par Linné, l'euphorbe des marais est indigène en Europe et en Sibérie. On la trouve dans les régions marécageuses et en bordure des ruisseaux et des étangs. Cette plante prospère également dans les bois humides et en bordure des taillis de saule, dans une vase tourbeuse ou riche en humus périodiquement ou perpétuellement humide.
L'euphorbe des marais est une solide plante d'étang persistante qui émet des pousses rampantes. Son rhizome rampant largement ramifié forme un système racinaire qui peut atteindre un mètre de profondeur.

Ses tiges dressées ramifiées peuvent mesurer jusqu'à 120 cm de longueur et il n'est pas rare qu'elles atteignent même un mètre cinquante de hauteur. Les feuilles alternes, sessiles et dentées ou à bord presque lisse sont vert foncé sur le dessus et vert bleu au revers et agencées en couronne le long des robustes tiges. Comme elles sont étroites et lancéolées, mesurant jusqu'à 8 cm de longueur pour 2 cm de largeur, elles donnent un peu à la plante l'aspect d'un petit saule. L'euphorbe des marais fleurit de mai à juillet. Ses inflorescences, hautement spécialisées, sont appelées cyathium : les fleurs sont agencées en une pseudo-ombelle entre des bractées vert jaune en forme de timbale. Comme chez tous les membres de la famille, ce sont surtout les bractées que l'on remarque. Les sépales, beaucoup plus petits, sont aussi jaunes et le calice porte des glandes ovoïdes jaunes. Tout cela sert à ce que l'inflorescence ressemble davantage à une fleur, car la pollinisation se fait surtout par des mouches du genre Diptera, attirées par les 'plates-formes' plates de nombreuses glandes qui libèrent du miel. Après la floraison apparaissent des fruits triloculaires à nodosités sphériques. Le type de fruit déhiscent d'Euphorbia porte le nom scientifique de regma; les lobes s'ouvrent même de façon explosive une fois qu'ils sont séparés.

Les chenilles toxiques

Une espèce de papillon s'est spécialisée et ses chenilles dévorent surtout les euphorbes. Le sphinx de l'euphorbe (Hyles euphorbiae) est heureusement très rare dans nos contrées, car il sévit surtout dans des régions plus méridionales. Rencontrer cette chenille spéciale est un événement en soi. Le dessin frappant de sa peau fait savoir à ses prédateurs éventuels qu'elle est toxique (parce qu'elle se nourrit de plantes toxiques).

Pas dans un petit pot

L'euphorbe des marais est proposée par la plupart des spécialistes en étangs. Si, pourtant, elle a assez peu de succès auprès des acheteurs, c'est parce que les petites plantes installées dans un petit pot ont une allure misérable : une petite tige fine avec quelques petites feuilles décolorées et flétries n'incite pas vraiment à l'achat. Les petites plantes ont l'air malade et en mauvais état, mais cela ne doit pas vous inquiéter. L'euphorbe des marais est une plante qui n'a pas sa place dans un petit pot et qui le montre clairement. C'est toutefois une plante robuste, capable de supporter très longtemps ce martyre sans en mourir. Une fois installée dans un grand panier ou en plein étang, elle reprend immédiatement vigueur et montre son vrai visage.

Conseils utiles

  • Une profondeur d'eau de 0 à 10 cm est souhaitable, de préférence au soleil (mais la mi-ombre est bien supportée aussi). La plante poussera également dans une terre de jardin pas trop sèche. L'euphorbe des marais est une plante très précieuse pour le jardin aquatique. Elle forme de gros et imposants bouquets vert jaune (plantez-la à intervalles d'un mètre), mais n'est pas envahissante et reste bien à sa place. Bien dense, elle convient fort bien comme arrière-plan et les teintes vives du feuillage et des fleurs apportent le soleil auprès de la pièce d'eau.
  • En grands groupes solitaires, en bordure d'étang ou en eau libre : c'est ainsi qu'elle est la plus belle. Cette plante est parfois aussi utilisée comme sous-plantation, pour remplir des surfaces en bordure des étangs naturels. Pour les grands étangs, on peut songer à la combiner avec la reine-des-prés, la salicaire et l'eupatoire chanvrine.
  • Vous profiterez encore mieux de l'euphorbe des marais en consentant un petit effort : recoupez les tiges de moitié après la floraison. Il y aura alors une refloraison, ce qui est très plaisant. Dans la pénombre, les fleurs jaune citron ont l'air d'être lumineuses.
  • La multiplication de l'euphorbe des marais se fait sans problème par division du rhizome ou par semis.
    Attention ! Le lait blanc qui s'échappe des plaies de l'euphorbe des marais est toxique et irritant pour la peau. Il est prudent d'en tenir compte.
  • Comme variété de culture, on peut citer Euphorbia palustris 'Walenburg Glorie'. Cette plante est un peu plus petite, plus fine et plus aérée, plus mince et moins ramifiée, ainsi que d'une croissance moins rapide.

Texte et photos : Guido Lurquin