Pose d'un faux plafond en panneaux


 

Nous allons poser un faux plafond dans l’intérieur duquel nous nous occupons. Ce type de plafond permet de rendre une pièce plus agréable et de cacher un plafond sale. Un faux plafond offre en outre l’avantage de dissimuler efficacement les câbles électriques. Nous avons déjà abordé la pose de faux plafonds en plaques de carton plâtre dans une précédente édition. Ce type de plafond devra cependant être parachevé. Le plafond en panneaux que nous utilisons ici présente l’avantage d’être immédiatement prêt.

 

1. Lattes de bois

Pour pouvoir poser facilement les panneaux en pvc de ce faux plafond, il faut toujours commencer par fixer une structure porteuse composée de lattes en bois à la hauteur souhaitée, contre le plafond existant. Nous avons mis un ancien lattage à nu en enlevant d’abord le vieux faux plafond dans ce séjour. Malheureusement, il ne pourra pas servir directement de structure porteuse pour les nouveaux panneaux du plafond, vu que, cette fois, le plafond doit aussi être isolé. Les panneaux en pvc doivent donc être fixés sur un deuxième lattage à une hauteur permettant exactement de poser l’isolation par-dessus.

 
 

2. Feuillard

Un feuillard permet de suspendre le lattage de façon relativement simple. En effet, ce métal en rouleau est flexible mais il est aussi suffisamment résistant pour supporter la masse des petites poutres et des panneaux en matière synthétique. De plus, il est très facile de le découper selon la longueur souhaitée.

 

Puisque des panneaux isolants d’une largeur de 60 cm devront encore être posés sur le lattage, les fers suspendus devront être espacés de 60 cm. Ainsi, l’isolation pourra être posée dans les intervalles. Fixez les fers avec des vis dans le lattage existant. Fixez les fers de longueur égale partout à la même hauteur.

 
 
 

Utilisez un niveau et des cordons pour indiquer la distance exacte. Il est cependant plus facile de suspendre un laser rotatif à 360° au plafond. Réglez-le de manière que la ligne laser, à niveau, corresponde au dessous du lattage. Fixez les fers alternativement de chaque côté du nouveau lattage. Cela permet d’éviter que les petites poutres ne basculent sous leur propre poids. Il est conseillé de fixer les lattes à la verticale, et non horizontalement. Il faut aussi fixer des lattes à la même hauteur aux murs, sur le pourtour de la pièce. Utilisez des cornières en guise de raccords entre les lattes fixées aux murs et les lattes suspendues.

 

Le faux plafond réduit le volume de la pièce à chauffer. Il est cependant nécessaire de poser une isolation adéquate au-dessus des panneaux en matière synthétique. La solution la plus facile consiste à utiliser des plaques. Vu que la distance qui sépare les supports est égale à la largeur de l’isolation, les plaques peuvent être posées sur le lattage sans qu’il soit nécessaire de les découper. Portez toujours des moyens de protection personnelle adéquats (gants, lunettes de protection, masque à poussière et vêtements à longues manches) lorsque vous travaillez avec de la laine de roche isolante. À défaut, vous risqueriez des démangeaisons.

 
 
 

Pour finir les rebords du faux plafond, coupez suffisamment les profilés universels. L’élément de base du profilé (donc sans la petite latte de finition) doit être fixé à l’aide d’un pistolet à agrafer et d’agrafes de 14 mm, le long de tous les murs, contre le lattage en bois. Lorsque le profilé se trouve dans un angle intérieur ou extérieur, il faut le scier en onglet. Cela ne pose aucun problème si on utilise une simple boîte à onglet ou une scie à onglet. Sciez les profilés à l’aide d’une scie à fines dents. Veillez à ne pas les scier trop profondément afin de ne pas endommager votre scie ou votre boîte à onglet.

 

La première rangée de panneaux est posée contre le mur. Fixez la petite latte de finition dans le profilé. De cette manière, ces premiers panneaux resteront en place lorsque vous les aurez fixés au lattage par la rainure, sur l’autre long côté. De même, vous devez assembler les panneaux du plafond sur la surface d’attaque. Chaque panneau comporte une rainure prévue à cet effet, dans laquelle vous pouvez insérer une petite plaque à couper sur mesure. Posez ensuite la surface d’attaque du panneau suivant sur la partie saillante de la petite plaque avant de la fixer en insérant le tenon du long côté dans la rainure de la rangée précédente.

 
 
 

Les autres panneaux du plafond se posent très simplement en insérant chaque fois le tenon dans la rainure de la rangée précédente. Sur l’autre long côté, fixez de nouveau chaque panneau sur le lattage, par la rainure. Découpez déjà les ouvertures destinées aux spots encastrés à l’aide d’une scie sauteuse.

 

À la fin de chaque rangée, mesurez l’espace restant et indiquez-le sur un panneau. Sciez le panneau à la bonne dimension à l’aide d’une scie à main ou d’une scie sauteuse à dents fines. Le morceau découpé peut servir à commencer la rangée suivante, mais vous pouvez aussi adopter une disposition de chant.

 
 
 

Tous les panneaux du plafond montés, il faut finir les bords en insérant définitivement les petites lattes dans les profilés universels de bord, partout. Utilisez un marteau en matière synthétique et un petit bloc tampon. Mieux vaut exécuter cette opération lorsque le revêtement du mur est entièrement fini.

 

Comme nous l'avons déjà signalé, ce système de plafond ne nécessite pas d'autre finition. Les panneaux sont en outre lavables, ce qui réduit les contraintes d'entretien. Le choix et l'installation de l'éclairage seront abordés dans une prochaine édition de ce magazine.

 
 
- © Brico 2014 - all rights reserved - Tous les prix mentionnés sur ce site sont TVA comprise et hors frais de livraison -