e-shop Promotions et actions Services Calculateurs Newsletter     NL versie
  Ami jardinier Ami rénovateur Trucs et astuces Bricofiches Forum Magasins
Conseils pratiques
Conseils du mois
Evénement

Conseils du mois


Raccorder un radiateur supplémentaire

Lorsque vous installez les tuyaux pour le chauffage central, laissez de préférence un point de raccordement sur le collecteur. En effet, vous pourriez vouloir connecter un radiateur supplémentaire plus tard. Par exemple dans le grenier que vous venez d’aménager ou dans le garage que vous avez construit à côté ou derrière votre maison. Afin de ne pas consommer beaucoup d’énergie inutilement, optez de préférence pour une vanne thermostatique. D’autant plus que ’le Belge’ se classe dans le top 3 européen de la consommation d’énergie.

 

1. Le circuit du chauffage central utilise deux circuits. Un pour le transport de l’eau chaude de la chaudière vers les radiateurs et un pour le retour de l’eau refroidie vers la chaudière. Tous les tuyaux des deux circuits sont rassemblés dans deux collecteurs de distribution, un pour l’eau froide et un pour l’eau chaude, que vous installez à proximité de votre chaudière. Deux tuyaux principaux vont de ces collecteurs à la chaudière. Le collecteur doit de préférence se trouver à un endroit accessible. Dans le cas présent, le collecteur était déjà en place et un point de raccordement est disponible pour le radiateur supplémentaire. Les tuyaux qui y arrivent doivent être fixés au moyen d’un raccord à compression.

 

2. Vous pouvez opter pour des tuyaux en cuivre ou pour un système tube-en-tube de tuyaux flexibles. Les tuyaux en cuivre sont plus fins mais nécessitent un peu plus de temps lors de l’installation si vous les soudez. Toutefois, vous pouvez également raccorder les tuyaux en cuivre au moyen de raccords à compression, de sorte que vous ne devez pas les souder.

 

3. Nous avons porté notre choix sur des tuyaux flexibles. Ceux-ci se composent de plusieurs couches: 2 couches de polyéthylène séparées par une couche d’aluminium afin de renforcer le tuyau et d’empêcher la diffusion d’oxygène. La diffusion d’oxygène survient dans tous les tuyaux en plastique. De l’oxygène passe dans l’eau à travers la paroi du tuyau. L’eau riche en oxygène provoque l’apparition de rouille et dégrade le système.Ces tuyaux flexibles résistent aux pressions fortes (jusque 10 bars) ainsi qu’aux températures élevées (90 °C). Le tuyau intérieur peut se dilater librement et est protégé contre l’endommagement extérieur. Les tuyaux sont disponibles en bleu (pour l’eau froide) et en rouge (pour l’eau chaude), ce qui rend l’installation très claire.

 

4. Avec un coupe-tubes, coupez les tuyaux à la longueur souhaitée. Coupez-les toujours droits. Retirez d’abord la gaine afin d’éviter de déformer le tuyau intérieur.

 

5. Lorsque vous coupez le tuyau, le tuyau intérieur se déforme. Vous pouvez lui rendre sa belle forme ronde en le calibrant au moyen d’un appareil spécial. Cette opération est particulièrement utile afin de pouvoir réaliser le raccord comme il se doit. Le téton fixe du raccord à compression doit pouvoir être connecté correctement au tuyau intérieur.

 

6. Faites glisser l’écrou et le joint d’étanchéité sur le tuyau,

 

7. puis poussez l’extrémité du tuyau sur le manchon du raccord.

 

8. Poussez l’écrou sur le joint d’étanchéité et serrez-le sur le raccord à l’aide d’une clé.

 

Un tuyau d’eau chaude et un tuyau d’eau froide relient le collecteur à chaque radiateur. Les radiateurs ne sont donc pas placés en série, ce qui présente l’avantage que chaque radiateur peut utiliser la même quantité d’eau chaude en provenance de la chaudière. Le système tube-entube vous permet de raccorder très facilement le collecteur à un radiateur. Grâce au noyau en aluminium, le tuyau est particulièrement indéformable tout en restant très maniable. Vous pouvez donc le plier très facilement dans les angles serrés. Procédez toutefois avec prudence.

 

9. Vous pouvez sans aucun problème poser les tuyaux flexibles dans des angles larges, mais pour les angles courts, utilisez de préférence un ressort de cintrage pour plier le tuyau. N’oubliez pas non plus que tout angle serré crée un point faible dans le tuyau: limitez-les donc autant que possible.

 

10. Si le sol est en béton, fixez les tuyaux au moyen de chevilles et de colliers Colson. Pour les chevilles, forez un trou de 8 mm dans le béton. Enfoncez la cheville dans le sol et fixez le(s) tuyau(x) à l’aide des colliers Colson. Sur les sols en bois et les poutres, utilisez des colliers simples ou doubles et des vis à bois.

 

11. Vous pouvez accrocher un radiateur supplémentaire au mur à l’aide de colliers. Veillez à ce que le radiateur soit bien droit. Pour que le rendement soit optimal, placez le radiateur à l’endroit le plus froid de la pièce. Dans les grandes pièces, il est préférable d’installer plusieurs radiateurs. Lorsque vous installez le radiateur, laissez 5 cm libres entre le radiateur et le mur ainsi que ± 10 cm au-dessus et en dessous du radiateur. L’air pourra ainsi circuler suffisamment et vous aurez moins de mal lorsque vous passerez l’aspirateur. Accrochez le radiateur à un mur extérieur. Installez un panneau réfléchissant derrière le radiateur afin que la chaleur ne traverse pas le mur et ne se perde pas.

 

12. Le radiateur peut être raccordé via le sol ou le mur. Dans notre cas, nous l’avons raccordé par le sol. Veillez à ce que les tuyaux sortent suffisamment du sol. Raccordez le tuyau d’amenée, en insérant la vanne thermostatique.

 

13. Raccordez le tuyau de retour de l’autre côté du radiateur. Ici aussi, cette opération est très simple dans le cas de tuyaux flexibles, grâce aux raccords à compression qu’il vous suffit de serrer.

 

14. Ensuite, masquez les ouvertures dans le sol au moyen de petits bouchons spéciaux.

 

Avec les vannes traditionnelles, vous pouvez uniquement régler l’arrivée et la sortie de l’eau. Vous ne pouvez donc pas ajuster la température à chaque radiateur. Avec les vannes thermostatiques, c’est au contraire possible. Grâce à ces vannes, la température réglée n’est jamais dépassée. De plus, elles tiennent compte de la chaleur gratuite du soleil ou d’autres sources telles que les appareils de cuisson, la chaleur corporelle, l’éclairage, les appareils électroménagers, etc. De ce fait, vous bénéficiez d’un confort accru et vous réalisez de belles économies sur votre facture d’énergie. Des économies de 5 à 10% par rapport à une vanne manuelle sont tout à fait réalistes. Certains gestionnaires de réseau octroient même une prime de € 5 par vanne thermostatique que vous installez dans une habitation existante.

 

La vanne thermostatique la plus populaire est celle avec sonde intégrée. Dans certains cas, vous devez cependant choisir une sonde à distance ou une télécommande. L’élément doit en effet pouvoir mesurer une température représentative dans la pièce.

 

Choisissez une sonde intégrée si:

¿ l’air peut circuler librement autour de l’élément de régulation
¿ l’élément de régulation ne subit pas l’influence de courants d’air ou de portes ou fenêtres ouvertes laissant passer de l’air froid.

 

Choisissez une sonde à distance si:

¿ des rideaux, des appuis de fenêtre, des meubles ou d’autres obstacles empêchent l’air de circuler librement autour de l’élément.

 

Choisissez une télécommande si:

¿ la vanne se trouve à un endroit difficile d’accès, par exemple dans un boîtier ou un puits de convecteur.

 

Purger et remplir le radiateur

Si l’un de vos radiateurs est froid au toucher dans sa partie supérieure ou si vous entendez des gargouillements, cela signifie que le circuit contient de l’air. Dans ce cas, il est nécessaire de purger, étant donné que l’air dans les tuyaux ou les radiateurs non seulement gêne la diffusion de la chaleur, mais provoque aussi la formation de rouille à l’intérieur des tuyaux. Avant de purger, fermez le robinet principal et commencez par le bas de votre circuit de chauffage central. Laissez l’air et l’eau s’échapper du purgeur. Placez un bol sous le purgeur afin de collecter l’eau. Les purgeurs à clé sont de plus en plus souvent remplacés par des modèles à molette. Des pertes d’eau peuvent survenir pour toutes sortes de raisons (une fuite, par exemple) dans une installation de chauffage central. La trop faible pression qui se crée alors dans votre installation ne permet plus de garantir un transport correct de la chaleur, ce qui entraîne un grand gaspillage d’énergie. Par conséquent, dans un tel cas, rajoutez de l’eau. Commencez par éteindre votre installation de chauffage central. Pour ajouter de l’eau, connectez un tuyau d’arrosage à l’admission d’eau de l’installation. Ne serrez pas encore le tuyau d’arrosage complètement sur l’admission d’eau, mais ouvrez d’abord le robinet et laissez l’eau s’échapper du tuyau d’arrosage. Dès que de l’eau gicle de l’extrémité du tuyau au niveau de l’admission d’eau, serrez le tuyau d’arrosage fermement et ouvrez le robinet d’eau complètement. Ouvrez ensuite avec prudence le robinet de la vanne au niveau de l’admission d’eau, jusqu’à une pression de 1,8 bar. Veillez à ce que la température de l’eau du chauffage central ne dépasse jamais 35 °C.

 

Au fond, le fonctionnement d’une vanne thermostatique est relativement simple. L’élément thermostatique dans la tête de cette vanne contient un liquide ou de la cire qui se dilate ou se contracte sous l’action de la température ambiante. Ces dilatations et contractions provoquent l’ouverture ou la fermeture automatique de la vanne, selon que la température est, respectivement, trop peu ou trop élevée dans la pièce où la vanne est installée. D’autres vannes thermostatiques sont remplies d’une petite quantité de liquide, le reste consistant en de la vapeur de ce liquide. Le liquide se condense à l’endroit le plus froid, donc le mieux isolé par rapport à la vanne chaude, c’est-à-dire la sonde. La tension de vapeur augmente ou diminue avec la température du liquide.

 

1. Lorsque la température de la pièce et la pression de vapeur diminuent, le soufflet et la tige sont avancés vers l’intérieur par le ressort et le clapet de réglage de la vanne contre le ressort est fermé davantage.

 

2. Lorsque la température augmente, l’inverse se produit. Grâce à l’énergie de mesure relativement faible, les éléments chargés en vapeur de liquide réagissent vite et avec précision aux changements de température dans la pièce. La plupart des vannes thermostatiques peuvent être réglées sur 5 positions différentes. La position 1 correspond par exemple à 12 °C, la position 5 à 24 °C. Le clapet de réglage ne se ferme que lorsque la température est dépassée de 2 °C. Vous pouvez également régler la vanne thermostatique pour protéger la pièce contre le gel (généralement indiqué par une étoile). La température ambiante est alors maintenue à 7,5 °C, par exemple.

 

Coupe d’une vanne thermostatique

f1. Sonde intégrée

2. Soufflet

3. Bouton de réglage

4. Ressort de réglage

5. Tige

 

Pour de plus amples informations: voir le Service des Lecteurs et www.dobbit.be

- © Brico 2014 - all rights reserved - Tous les prix mentionnés sur ce site sont TVA comprise et hors frais de livraison -